Ecrire un avis

Histoire de l’armée de Condé

Histoire de l’armée de Condé
Perrin 446 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Vingt-deux, voilà les Condé qui veulent venger le meutre du 21 janvier 1793"

René Bittard des Portes est né à Langres en 1854 et est décédé en 1910 à St-Pierre-le-Bost (en Creuse) ; il fut avocat à la cour d’appel de Paris et historien de sensibilité royaliste. Il est l’auteur de nombreux livres, quelques-uns de droit des sociétés et beaucoup sur toutes les formes que prirent les mouvements contre-révolutionnaires entre 1791 et 1815.  Ce livre d’histoire militaire paraît la première fois en 1896 en précisant ses sources « d'après les archives de l'État, les mémoires d'émigration et des documents inédits ». Ce livre de référence est donc paru pour la première fois il y a cent-vingt ans et on ne dispose rien d’équivalent sur le sujet depuis. La préface récente est d’Hervé de Rocquigny (né en 1951) et ce n’est pas la meilleure idée de lui avoir confié cette tâche. Le ton de ce dernier est apologétique, il parle de « la magnifique puis pathétique armée de Condé » et n’hésite pas à rapporter des phrases de Chateaubriand (qui en fit quelque temps partie) faisant l’impasse totale sur le regard critique qu’il en donnait.      

L’armée de Condé certes, mais quel Condé ? Il s’agit de Louis V Joseph de Bourbon-Condé (né en 1736 et mort en 1818), le grand-père du duc d’Enghien Louis-Antoine de Bourbon-Condé qu’en 1804 les armées françaises étaient allées chercher en Pays de Bade, au mépris du droit international, afin que son sort se termine dans les fossés de Vincennes.

Cette illustration n'est pas dans le livre

Louis V Joseph de Bourbon-Condé  crée en 1791 à Coblence cette armée qui va donc porter également le nom de cette petite ville rhénane. Cette troupe compte beaucoup d’anciens officiers, elle combat aux côtés des Autrichiens qui la soldent plus ou moins régulièrement, c’est le tsar Paul Ier qui prend le relais en 1797 pour quelques temps.  Ce dernier avait visité la France en 1782 et en particulier Montbéliard possession de la famille des Wurtemberg à laquelle appartenait son épouse. Le traité de Lunéville en 1800 entraîne le licenciement de l’armée de Condé, toutefois les Anglais se chargent d’intégrer dans leurs propres troupes près de sept cent hommes qui le désirent.

Il est à noter que des hommes de l’armée de Condé servirent dans les armées impériales comme le général de Bourmont (surnommé "le traître de Waterloo" et conquérant d’Alger en 1830) ou le général Hippolyte-Marie-Guillaume de Rosnyvinen de Piré.

L’auteur ne cite pas ces deux noms mais parle par contre du Régiment de La Tour d'Auvergne créé par décret impérial du 8 vendémiaire an XIV (30 septembre 1805). Le colonel Godefroy Maurice Marie Joseph comte d'Apchier, Prince de la Tour d'Auvergne (né en 1770) en prend le commandement en 1805 et le garde jusqu’en 1809, il donne son nom au régiment. Formé à Wissembourg, il a dans ses rangs des soldats des armées vaincues, prisonniers de guerre, principalement russes et autrichiens. Ses officiers sont d'anciens émigrés comme Charles d'Escorches de Saintes Croix ou Joseph II de Banyuls (à ajouter aux noms donnés page 438).  

Pour connaisseurs Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 617 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :