Ecrire un avis

Louis-Philippe et Versailles

Louis-Philippe et Versailles
Somogy et Château de Versailles421 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Louis-Philippe à la tête d’une partie des troupes française à Valmy et Jemmapes, réfugié en Sicile sous l’Empire, accepte le drapeau tricolore en 1830 et se veut le Roi citoyen"

Cet ouvrage sert de très luxueux catalogue à l’exposition éponyme qui se tient au château de Versailles du 6 octobre 2018 au 3 février 2019. Il est composé de plusieurs contributions, Valérie Bajou, conservateur des musées des châteaux de Versailles et du Trianon,  en assure la coordination.

Se développe évidemment l’idée, en s’appuyant sur l’histoire personnelle de Louis-Philippe et de sa famille que ce roi des Français (et non plus ce roi de France et de Navarre, titre que portèrent des souverains de Henri IV à Charles X) voulut réconcilier deux, voire trois France, celle contre-révolutionnaire et celle se revendiquant d’une partie de l’héritage de la Révolution française, ayant servi ou pas Napoléon. D’ailleurs des officiers supérieurs, ayant été mis en demi-solde par Louis XVIII, reprirent du service sous la Monarchie de Juillet.  

Il entendait faire d’une partie des locaux du château de Versailles un musée de l’histoire de France, on y trouva alors tant des portraits de généraux vendéens que de généraux de la Révolution et de l’Empire, sans compter la représentation du retour des cendres de Napoléon. Un très grand nombre de ces peintures d’histoire sont ici reproduites dont des visions de Pharamond élu roi des Francs en 417,  de la bataille de Poitiers en 732, de Charlemagne franchissant les Alpes en 773, pour les périodes les plus anciennes. Pour les années de règne de Louis-Philippe, on offre des images des troupes françaises intervenant pour appuyer l’indépendance de la Belgique et afin d’assurer la conquête progressive de l’Algérie (ce thème est décliné par de nombreuses représentations) . Le célèbre tableau de la prise de la smala d’Abd-el-Kader, par Horace Vernet, est reproduit sur quatre pages.  On a aussi un tableau de Louis-Philippe, accompagné de sa famille, visitant les galeries historiques en question.  

Il était bon de faire découvrir le rôle politique essentiel que joua Adélaïde d’Orléans auprès de son frère, avant et durant le temps où on l’appela Louis-Philippe. La première entente cordiale remonte à Louis-Philippe et c’est en 1843 que la reine Victoria vint à Paris. D’autres sujets comme le fonctionnement du musée d’histoire à diverses époques ou l’évolution du parc du château sont traités. Une étude autour du peintre Girodet, qu’affectionnait notre dernier roi pour ses productions, amène à présenter le portrait d’un chef mameluk de Géorgie, le tableau est aujourd’hui dans un musée de Chicago. Illustrations et textes occupent une surface égale.        

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 263 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :