Ecrire un avis

Les catholiques et l’État: Un tableau européen (1815-1965)

Les catholiques et l’État: Un tableau européen (1815-1965)
Desclée de Brouwer 460 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Et la démocratie chrétienne fut mis sur les rails de la modernité"

En fait cet ouvrage est pour l’essentiel une biographie de Gustav von Blome, né en 1829 à Hanovre et décédé en 1906 à Bad Kissingen en Bavière. Ce dernier ignore peut-être qu'il est le petit-fils illégitime de Metternich, il a pour grand-mère Katharina Bagration, surnommée "L’ange nue" à cause de ses larges décolletés. Elle épouse d’un prince russe, héros de la bataille de la Moskowa, qui meurt en 1812. De cette liaison naquit le 10 novembre 1803 à Dresde une fille Marie-Clémentine Bagration qui est morte le 26 mai 1829 en donnant naissance à Gustav von Blome font le père était le diplomate Otto von Blome au service du roi de Danemark.

Le château de Blomenburg, situé dans le Holstein qui était avec le Schleswig propriété personnelle du roi de Danemark, était dans alors dans ce double espace peuplé d’une majorité de germanophone, d’où la Guerre des duchés de 1864. Durant le premier conflit autour des duchés de Schleswig-Holstein en 1848-1851, Gustav von Blome prend le parti des nationalistes allemands.

Ceci lui barre à jamais une carrière au Danemark, aussi il se met au service de l’Autriche, obtenant grâce à Metternich de se présenter  en 1852 à un examen d’entrée au ministère des Affaires étrangères, avec une naturalisation en cas de réussite. En 1865 il est le principal négociateur, face à Bismarck, sur le devenir des duchés de l’Elbe, le traité signé clôt la Seconde guerre des duchés de Schleswig-Holstein.  Gustav von Blome, d’origine luthérienne, s'est converti en 1857 à la foi catholique ; sa tante l’écrivaine Ida Hahn-Hahn avait fait la même démarche sept ans auparavant.

Il se marie le 1er septembre 1858 avec Joséphine Comtesse de Buol-Schauenstein, fille du Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de l’Autriche à cette époque. En 1859, ce dernier a démissionné suite à la guerre malheureuse avec le Piémont-Sardaigne ayant entraîné l’intervention de la France. À partir de 1867, Gustav von Blome siège au Sénat autrichien où il défend des positions conservatrices mais aussi sociales au nom des valeurs du catholicisme. « Il voulait contribuer à un ordre corporatif, un modèle sociétal centriste et solidaire, reposant sur le principe d’équité » (page 347). Quoique non cité dans cet ouvrage, le député de Belfort Émile Keller développe des idées, dans les trente premières années de la IIIe République, largement communes avec celles de Gustav von Blome.

Gustav von Blome va animer,  à partir de Genève en 1870, le Comité de Genève, une "internationale" de laïcs et religieux catholiques (les jésuites sont assez présents) qui a été insufflé au départ par Gaspard Mermillod. Ce dernier est né en 1824 à Carouge, commune limitrophe de Genève, savoyarde (au royaume de Piémont-Sardaigne) jusqu’en 1792, française de cette date à 1814, puis définitivement suisse à partir de 1816. À la fin des années 1840, il est curé de la seule paroisse catholique de la cité de Calvin puis évêque de Lausanne et Genève réunis. C'est un acteur majeur dans l'histoire de l’élaboration de la doctrine sociale de l’Église catholique, avec en particulier les Français René de la Tour du Pin et Albert de Mun.  

En lien avec le Vatican, par  son organe la Correspondance de Genève,  cette association entend défendre les intérêts du pape et de l’Église catholique face à des gouvernements qui ont pris des mesures hostiles (comme l’Italie, la France, l’Allemagne ou la Suisse). Il s’agit de promouvoir « le rétablissement du règne social du Christ sur terre ». De plus les nouveaux états grignotent certaines tâches traditionnellement confiées à l’Église comme l’enseignement ou la charité. Voilà exposées les racines de la démocratie chrétienne qui connut une grande influence sous les Trente Glorieuses. L’ouvrage se termine en évoquant un de ses représentants les plus célèbres, à savoir le chancelier allemand Adenauer. On apprécie les nombreuses illustrations proposées, pas seulement autour de Gustav von Blome, dans cet ouvrage. 

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 272 avis déposés -

272 critiques
30/01/19
François-Xavier Bellamy a-t-il déclaré que «le christianisme dit la vérité»?
https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/29/francois-xavier-bellamy-a-t-il-declare-que-le-christianisme-dit-la-verite_1706140
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :