Ecrire un avis

Le faucon de Messine

Le faucon de Messine
Artège428 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Homme surpris, est à moitié pris (proverbe sicilien)"

Voici adaptée, pour un lectorat d’adolescent (mais des adultes pourraient trouver bien du plaisr à sa lecture), la vie aventureuse de Roger de Flor qui l’emmènera tant dans l’empire byzantin qu’en Terre sainte (mais cette partie de sa vie n’est pas traitée ici). Cette dernière, comme ne le précise pas l’auteur, avait déjà inspiré, par ses côtés les plus exotiques, le roman de chevalerie catalan "Tirant le Blanc" écrit par Joanot Martorell au milieu du XVe siècle.

Roger de Flor est effectivement le fils de Richard grand fauconnier de Frédéric II, or Richard est tué à la bataille de Tagliacozzo en 1268. Frédéric II fut d’ailleurs l'auteur d'un manuel de fauconnerie "De arte venandi cum avibus" ("De l'art de chasser au moyen des oiseaux"), il décéda en 1250. Si son fils Conrad lui succéda sans problème majeur comme roi de Germanie et roi de Sicile (ce dernier royaume comprend aussi bien l’île éponyme qu’une partie continentale avec en particulier Naples et Tarente) , les choses se compliquèrent lorsque Manfred le fils illégitime de Frédéric II s’empare de la couronne de Sicile au détriment de Conrandin petit-fils de Frédéric II. Le pape attribue la couronne sicilienne à Charles d’Anjou, frère du futur Saint-Louis et en 1268 Conrandin meurt assassiné après la bataille de Tagliacozzo.

Roger de Flor va participer aux Vêpres siciliennes de 1282 qui vont séparer pour deux siècles le royaume de Sicile en une partie insulaire (tombant dans l’escarcelle des rois d’Aragon) et une partie continentale (restant à la famille d’Anjou). Toutefois sa rivalité, du point de vue romanesque encore plus que celle de l’histoire, avec Charles d’Anjou va se poursuivre jusqu’aux dernières pages mais cela non sans découvrir l’amour.

Ainsi peut-on lire :

« Depuis qu’elle savait Roger prisonnier du roi Charles, l’image du seul homme qu’elle eût aimé ne quittait plus ses pensées. Elle ignorait si elle l’aimait encore, mais elle était sûre d’une seule chose : elle voulait qu’il vive » (page 406)

« - Fais libérer sur le champ Roger de Flor.
- Mais sire, renchérit Charles, je souhaite qu’ils se souviennent que je fus un roi épris de justice qui jugea la valeur des hommes non point à la qualité supposée de leur sang, mais à celle de leurs actes » (page 420)

Pour tous publics Aucune illustration Plan chronologique

Zaynab

Note globale :

Par - 550 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :