Ecrire un avis

La porteuse de mots

La porteuse de mots
Casterman poche 224 pages
2 critiques de lecteurs

Avis de Jademrt6 : "Génial sa fait un jeu de mot entre porteuse d'eau et de mots"

Il et génial mais triste coup de coeur !

Pour tous publics Aucune illustration Plan chronologique

Note globale :

Par - 1 avis déposés - lectrice occasionnelle

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Avis de Zaynab : "On attendait le XVIe siècle pour des prunes (les Reines-claudes)"

Ce roman historique convient très bien à des collégiens et il leur permettra se faire une meilleure idée de la période charnière entre le Moyen-âge et les Temps modernes. L’action démarre en 1499 à Paris (l’année de la naissance de la petite Claude de France, fille du couple royal composé de Louis XII et d’Anne de Bretagne) et va nous conduire avec l’héroïne jusqu’à Venise.

Deux thèmes portent l’ouvrage, celui de la naissance de l’imprimerie (avec en plus la création du format octavo) et celui des accusations de sorcellerie. On notera aux pages 50 et 51 le jugement d’un porc qui a dévoré le bras d’un nouveau-né et à un procès contre des rats.

L’héroïne et une jeune porteuse d’eau dont le père travaille comme débardeur, le corps à moitié dans la Seine à sortir des troncs d’arbre envoyés en amont en particulier du Nivernais. Grâce à la connaissance qu’elle fait d’un jeune étudiant italien Enzo, elle va apprendre à lire et se rendra en Italie.

Les personnages historiques évoqués sont Érasme (qui séjourne alors à Venise), l’avocat Barthélémy de Chassanée spécialiste à Paris des procès d’animaux, l’imprimeur Aldo Manuzio, Martin Bonnot Maïtre de l’université de Paris et Pierre Rosée alors étudiant mais qui deviendra médecin à l’Hôtel-Dieu. Ces personnages sont présentés dans une partie documentaire, et les pages qui les concernent précèdent celles sur les métiers de porteur d’eau, déchireur de nef (ancêtre des ferrailleurs), débardeur, ivoirier. Ensuite nous avons un développement sur l’humanisme, l’imprimerie et la médecine. On aimerait que tous les auteurs de roman historique pour la jeunesse ait la connaissance de la période qu’ils traitent au niveau de celle d’Anne Pouget.       

Quelques citations montrant l'aspect didactique du récit de l'ouvrage:

« Au chapitre des Créatures de Dieu, les animaux étaient jugés de la même manière qu'un être humain, selon la même procédure, et défendus par des avocats spécialisés qui plaidaient leur cause avec autant de sérieux que s'il s'était agi d'un homme. »

« Grâce à l'innovation apportée par le bouton, et qui permettait d'assembler les vêtements sans qu'on ait plus besoin de les lacer, l'habillage était devenu un jeu d'enfant ; il permettait notamment de changer uniquement une partie d'une tenue, telles les manches, plus vite salies. De là l'expression : "C'est une autre paire de manches".  »

« Le monde changeait, la science progressait, l’homme n’était plus l’instrument de Dieu mais devenait le centre du monde, l’acteur de sa propre vie. On s'ouvrait sur un nouveau courant de pensée, on redécouvrait les philosophes grecs et romains, et Manuzio eut l'idée de les traduire pour offrir leurs oeuvres au plus grand nombre. »

 

 

 

Accessible jeunesse Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 462 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Dans la catégorie Renaissance :