Ecrire un avis

Philippe d'Orléans Frère de Louis XIV

Philippe d'Orléans  Frère de Louis XIV
Perrin392 pages
1 critique de lecteur

Avis de Georgia : "Tout ce qui compte se passe dans l'ombre."

Je ne reviendrais pas dans cet article sur la jeunesse incertaine de Louis XIV et de son frère Philippe d'Orléans, la régence d'Anne d'Autriche dans un climat de fronde parlementaire puis nobiliaire. La mort de leur mère le 20 janvier 1666 au Louvre fut un déchirement pour ses deux fils deux tant elle fut une mère aimante et dévouée. Dans ses derniers moments, intimes et familiaux, elle sut leur arracher la promesse d'être toujours l'un et l'autre dans une relation d'amour et d'affection.

Philippe est élevé dans l'obéissance envers son frère aîné. De toute façon, il ne s'est jamais mis en tête de l'affronter ou de revendiquer des droits politiques ou militaires. Cela ne l'intéresse pas du tout. Ils se mettent d'accord très tôt sur le fait que jamais Philippe ne réclamera un commandement à son frère et que celui-ci ne lui en accordera aucun. Le souvenir vivace de leur oncle Gaston d'Orléans, en perpétuelle révolte contre le Roi Louis XIII, reste profondément ancré dans l'esprit de Louis XIV.

Bon nombre d'historiens se sont référé à des mémorialistes malveillants comme le duc de Saint-Simon qui présentaient des années après sa mort, Philippe d'Orléans comme un personnage falot, bavard, inutile, démesurément sensuel, écrasé par un frère charismatique et autoritaire, n'ayant plus à se préoccuper désormais que de fadaises luxueuses et de dérives sentimentales.

L'homosexualité de Philippe, son absence d'ambition, son goût immodéré pour les fêtes et son statut de collectionneur d'art ne furent pas en réalité un substitut à une vie inactive. Il aimait passionnément la vie et ses plaisirs comme le Médicis qu'il était par sa grand-mère, Marie de Médicis. Mais il connaissait aussi ses obligations de fils de France comme un Bourbon et ne s'y dérobait pas. 

Par des lettres et documents de l'époque, l'historienne Elisabetta Lurgo nous rappelle que Philippe de France, arguant de son statut de fils et petit-fils de Roi, a su contribuer à la grandeur de son frère par sa connaissance de l'étiquette et le respect de celle-ci qui mettait en scène quotidiennement le Roi. Son amour des parades et des processions, son sens de la fête, sa bonhomie naturelle envers les Grands ou les plus modestes servirent le Roi. Il savait recevoir et permettait à celui-ci  de se montrer plus sérieux et royal.

Par une présence régulière à Paris, logeant au Palais-Royal, Philippe d'Orléans rappelle au peuple qui l'aimait que son frère le Roi était un grand monarque puisque Philippe ne le contredisait en rien. Il écrivait aux hôtes des salons littéraires parisiens et se montrait régulièrement en leur compagnie afin qu'ils ne se sentent pas exclus d'une Cour où ils n'étaient pas toujours les bienvenus.

Ce prince qui ne tolérait aucune critique sur la politique de son frère, qu'elle soit religieuse ou politique, participait au Conseil des Dépêches, suivait son frère à la Guerre à chaque fois qu'il le lui demandait et ne le quittait pas souvent. "Le Roi aimait Monsieur. Il en était aimé. Ils ne s'étaient jamais quittés " avait dit la Marquise de Maintenon. Ce qui en faisait un interlocuteur de premier plan, discret et efficace, notamment avec son gendre, Victor-Amédée II de Savoie, maître en duplicité. "Comme d'habitude, le roi expédie son frère protester auprès du marquis de Dogliani", ( ambassadeur du duc de Savoie ) , cite l'auteur.

Louis XIV savait ce qu'il devait à son frère. Sans doute est-ce pour cela que la mort du duc d'Orléans est tragique. Le 8 juin 1701, Philippe se rend à Marly dîner avec le Roi. Les deux frères se disputent violemment au sujet de Philippe de Chartres. neveu du monarque. C'est la première fois que le prince hausse le ton.

Toujours fâché et congestionné, Philippe d'Orléans dîne avec Louis XIV. Il saigne du nez et refuse d'être saigné, malgré l'insistance du Roi. De retour chez lui, au cours du souper, Son Altesse Royale meurt dans les bras de son fils Philippe de Chartres d'une crise d'apoplexie. Quand Louis XIV arrive dans la nuit au château de Saint-Cloud, il trouve son frère inanimé. Il ne lui parlera plus jamais..

coup de coeur ! idé cadeau

Pour tous publics Aucune illustration Plan autre

Georgia

Note globale :

Par - 35 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :