Ecrire un avis

Henriette d’Angleterre

Henriette d’Angleterre
Publibook
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Et Henriette du Mans, elle nous Maine où ?"

Contrairement au chevalier Lagardère, Henriette d’Angleterre n’est pas seulement un personnage de fiction. D’ailleurs même dans les romans, ils ne pourraient guère avoir l’occasion de se rencontrer puisque, née en 1644 Henriette décède en 1670 et que le chevalier Lagardère doit être né vers 1670, puisque Paul Féval père le donne dans la pleine force de l’âge en 1699 lorsqu’il reçoit la fille du duc de Nevers et de Banche de Caylus.

Henriette d’Angleterre a raconté des épisodes de sa vie à Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, connue sous le nom de Mme de Lafayette afin que cette dernière  écrive le récit de sa vie. Arnault Pfersdorff nous révèle que Henriette d’Angleterre avait d’ailleurs déjà noué une amitié avec la mère de l’auteure, qui était dame d’honneur d’Anne d’Autriche.  

 Mme de La Fayette dans "La Vie de la princesse d’Angleterre" révèle clairement qu’Henriette d’Angleterre fut un moment la maîtresse de son beau-frère Louis XIV le roi très chrétien: 

« L’attachement que le Roi avait pour Madame, commença à faire du bruit, et à être interprété diversement. La Reine-Mère en eut beaucoup de chagrin, il lui parut que Madame, lui ôtait absolument le Roi et qu’il lui donnait toutes les heures, qui avaient accoutumé être pour elle ».

 « Cependant le Roi et Madame, sans s’expliquer entre eux ce qu’ils sentaient l’un pour l’autre, continuèrent de vivre d’une manière qui ne laissait douter à personne, qu’il n’y eût douté à personne, qu’il y eût entre eux plus que de l’amitié ».

(Mme de la Fayette. "Histoire de Madame Henriette d’Angleterre". Jean Frédéric Bernard, 1742. Pages 53 et page 57)

Le livre d’Arnault Pfersdorff ouvre sur l’oraison funèbre d’Henriette d’Angleterre par celui qui n’est qu’archidiacre (avant de devenir l’évêque de Condom puis de Meaux) à savoir Bossuet. Ce dernier rappelait qu’elle fut très tôt orpheline de père et l’ascendance qui était la sienne. Son père Charles Ier fut décapité en janvier 1649 et sa mère Henriette Marie de France, fille d’Henri IV et Marie de Médicis (qui a donné son nom à l’état du Maryland) décéda vingt ans plus tard. Henriette d’Angleterre vit son frère monter sur le trône sous le nom de Charles II en 1660 (il le restera jusqu’en 1685). Il est à noter que Jacques II, roi d’Angleterre entre 1685 et 1701 (renversé par Marie II et Guillaume III issu de la famille d’Orange-Nassau) était aussi le frère d'Henriette.

Arnault Pfersdorff choisit de faire alterner un chapitre avec pour narratrice Henriette d’Angleterre et un chapitre avec un narrateur externe. L’ouvrage démarre en 1644 puis on fait un saut à l’année de la décapitation de Charles Ier. Un feedback sur l’année 1637 pour nous parler des conditions dans lesquelles Louis XIII et Anne d’Autriche conçurent et attendirent la naissance du futur Roi-soleil. Henriette d’Angleterre épouse leur second enfant Philippe de France qui lui voit le jour en 1640. Ce dernier prendra pour seconde épouse la princesse Élisabeth-Charlotte du Palatinat, à qui on doit les "Lettres de la Princesse Palatine", dont  le contenu tient plus du commérage et des petites haines personnelles que de la grande politique. Le mari d'Henriette, homosexuel notoire, entretenait des rapports si conflictuels avec cette dernière qu'on le soupçonna d'avoir empoisonné son épouse; on sait maintenant qu'elle est morte d'une pérétonite.  

Si au début de l’ouvrage le récit évoque tant les affaires anglaises que la Cour de France, bientôt on se centre sur la vie au Louvre. Si  Louis XIV n’installe la Cour à Versailles qu’en 1682, toutefois on nous évoque ici les premières fêtes organisées à Versailles sur une journée. Arnault Pfersdorff nous donne un nouveau regard sur l’entourage de Louis XIV et en particulier la personnalité de Colbert. Le rôle qu’a pu jouer Henriette d’Angleterre dans le domaine diplomatique lorsque son frère était roi d’Angleterre est révélé. En résumé bien des aspects mis en lumière nous aident à mieux approcher le début du règne de Louis XIV.

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 682 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :