Ecrire un avis

Derrière les portes de l’Extrême-Orient

Derrière les portes de l’Extrême-Orient
Artisans-voyageurs395 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Parmi les Allemands, dans l’Entre-deux-guerres, il n’y a pas qu’Otto Braun (Li De 李德) à avoir parcouru la Chine de long en large"

Non seulement Ilse Jordan est née en Allemagne (plus particulièrement en Alsace-Lorraine où son père, issu d’une famille d’origine prussienne, était professeur), mais non contente de parcourir une Chine continentale encore exempte de présence japonaise (l’état-fantoche de Mandchourie n’existe pas encore et les Nippons n’ont pas envoyé de soldats ailleurs que dans quelques endroits comme Port-Arthur et Dalian), elle se rend également à Formose (alors colonie japonaise, connue aujourd’hui comme Taiwan), en Corée, au Japon, en Indonésie et dans diverses îles de taille réduite comme les Carolines (successivement espagnoles, allemandes, japonaises, américaines et indépendantes). Le discours de l’auteure est descriptif, sans jugement de valeurs et on ne rencontre pas de réflexions empreintes d’une supériorité de la race blanche face aux populations rencontrées.

Elle obtient un poste à l’école allemande de Shanghai de 1926 à 1931. De retour en Europe, elle arrive, non sans difficultés, à faire publier en 1939 Ferne Blühende Erde, traduit par Jean-Louis Spieser sous le titre de Derrière les portes de l’Extrême-Orient. En Allemagne, l’ouvrage a été réédité en 1987, un an avant la mort de l’auteur.  Ce titre est justement cité dans la thèse de Christin Bohnke, soutenue en 2017 à Toronto et intitulée Postcolonial Theory Reconsidered Discourses of Race, Gender, and Imperialism in the German-Japanese Realm.

Les séjours varient beaucoup en durée selon les pays, ce qui explique que la Chine se voit attribuer plus de 110 pages. L’aspect de ce dernier pays qu’évoque Ilse Jordan a très largement disparu aujourd’hui, la Guerre sino-japonaise, le conflit entre communistes et nationalistes, la Révolution culturelle et la modernisation frénétique des années 1990 à aujourd’hui sont passées par là. Ne parlant pas chinois, elle communique parfois en latin car elle séjourne souvent dans des missions catholiques, alors nombreuses dans l’Empire du milieu. C’est le cas lorsqu’elle se rend au mont Taishan dans le Shandong. Une fois encore, on se dit que la description qu’elle donne de l’intérieur du temple de Ling Yän (Lingyan) est précieuse. On est au passage surpris d’apprendre qu’autour de cet univers consacré à rappeler la mémoire de Confucius et à exprimer la piété bouddhique, il y ait alors des populations chinoises musulmanes (les Hans professant l'islam sont généralement dans le nord-ouest de la Chine, au Ningxia en particulier).   

Le Japon est largement approché par ses volcans et la Corée par les particularités de sa population et ses monastères. Des cartes représentant ces voyages auraient été fort utiles, elles auraient permis de mieux comprendre en particulier son périple à Taiwan, elle atteint en effet un village en plein centre de l’île où, peu de temps après son passage, se produit une révolte des aborigènes. Ces derniers sont des populations apparentées à celles qui vivent en Polynésie, puisque c’est de Formose que l’on partit peupler les milliers d’îles au nord et à l’est de la  Nouvelle-Guinée.

L’auteure décrit merveilleusement les paysages, par exemple l’univers des plantations de café à Bali. Lors de son voyage, Ilse Jordan rencontre beaucoup plus d’Allemands ou de gens ayant pour une part du sang allemand qu'elle ne s'attendait, comme ses métis de l’atoll Ligieb (Likiep) dans les îles Marshall. Large de 10,26 km², cet îlot a un sommet situé à 10 m au-dessus de la mer et compte un peu plus de 400 habitants aujourd’hui.  De la Micronésie, elle rentre en Europe en passant par Hong-Kong.

Le traducteur, comme dans Derrière les portes de l’Extrême-Orient, revient sur les conditions étonnantes de découverte par lui de cette auteure. Ce journal d’Ilse Jordan lui est aussi parvenu de façon inattendue.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 416 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :