Ecrire un avis

La longue marche des tirailleurs sénégalais de la Grande Guerre aux indépendances

La longue marche des tirailleurs sénégalais de la Grande Guerre aux indépendances
Belin 237 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Les Dogues noirs de l’Empire (selon le qualificatif de Léopold Sédar Senghor)"

Léopold Sédar Senghor ne fut pas incorporé dans les tirailleurs sénégalais en 1939 mais dans l’infanterie coloniale, nous sommes ici en désaccord avec ce qu’écrit l’auteur page 202, comme avec la mention page 195 sans précision de 1945 pour la date du Massacre de Thiaroye alors qu’il s’agit du 1er décembre 1944 (sur cet évènement lire la BD Mort par la France, Thiaroye 1944).  

Parfois un ouvrage prend un titre qui dépasse largement le sujet qu’il traite, je me rappelle par exemple d’un ouvrage qui annonçait une analyse de la politique culturelle des régions et qui en fait n’évoquait que celle de Champagne-Ardennes. Ici c’est le contraire, car on nous en offre bien plus que le titre le laissait entendre. 

En effet est largement développé le recrutement des troupes coloniales françaises depuis les origines, on nous y donne même des passages autour de la création des régiments de zouaves et de spahis. Évidemment on ne suit que l’évolution des unités de tirailleurs sénégalais mais depuis leur naissance en 1857 (quoique dès 1830 se recrutent dans l’infanterie de marine des soldats d’Afrique noire) jusqu’à leur dissolution au début des années 1960. L’auteur n’a pas seulement travaillé à partir d’écrits, il a aussi interviewé des anciens combattants, comme Niang engagé en 1954 dans l’armée française où il devient sous-officier (pages 219-221). Au moment de l’indépendance du Sénégal, il opte pour l’armée de ce pays et termine capitaine dans celle-ci.

Par ailleurs Pierre Bouvier rapporte des témoignages anciens de tirailleurs sénégalais recueillis par d’autres et principalement par Lucie Cousturier. Ddans les ouvrages de cette dernière, ces paroles de soldats africains date datent soit de la Première Guerre mondiale soit du début des années 1920.  Cette dernière habitait dans une villa à Fréjus durant le conflit et il se trouvait qu’un camp de tirailleurs sénégalais avait été installé tout près.

Rappelons que les tirailleurs sénégalais sont issus de l'ensemble de l'Afrique occidentale française, ce qui recouvre en particulier aujourd'hui le Sénégal, le Mali, le Niger, la Guinée, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Togo et le Bénin. L’auteur rappelle que la conquête du domaine colonial français en Afrique s’est faite avec l’appui manifeste des troupes noires (et dans une moindre mesure la conquête du Maroc se fit avec leur présence) ; il cite l’exemple de la Mission Voulet-Chanine qui ne compte que huit officiers et sous-officiers blancs sur mille deux cent hommes. Cette colonne commet de nombreux massacres en se dirigeant vers le Lac Tchad ; au bout de quelques semaines, les deux officiers décident de se tailler leur propre royaume.  Les autorités françaises envoient des troupes pour mettre fin à cette aventure. Les deux officiers sont finalement tués par leurs propres tirailleurs sénégalais.

L’importance numérique et le mode de recrutement des tirailleurs sénégalais, pour les deux guerres mondiales, est développée en mentionnant le rôle du député noir Blaise Diagne et les promesses qui lui furent faites d’évolution de la condition des indigènes vers une assimilation. En 1940 un certain nombre de prisonniers noirs sont exécutés par les Allemands et on sait (même si l’auteur ne l’évoque pas précisément) que le préfet Jean Moulin dans l’Eure s’oppose aux  Allemands qui lui demandent de justifier leur massacre de tirailleurs sénégalais à La Taye en prétendant que ces derniers auraient tué des civils français. Cet ouvrage est de lecture aisée, il apporte une bonne vision d’ensemble de l’histoire de ces combattants ; les derniers en vie d’entre ceux qui ont combattu durant la Seconde Guerre mondiale se voient accorder la nationalité française par le président François Hollande.   

Pour connaisseurs Aucune illustration

Xirong

Note globale :

Par - 335 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :