Ecrire un avis

La falsification de l’histoire

La falsification de l’histoire
Grasset136 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Pourquoi Zemmour aime tant Pétain qui a déchu son père de la nationalité française ?"

L’auteur Laurent Joly n’est pas à confondre avec Bertrand Joly ; le premier est spécialiste de l’antisémitisme français et le second, son aîné d’une vingtaine d’années, est connu pour ses études du nationalisme français durant la première partie de la IIIIe République. Cette chronique est écrite le 27 janvier, jour du souvenir des victimes de la Shoah.

L’ouvrage est sous-titré Éric Zemmour, l’extrême droite, Vichy et les juifs. Dans l’introduction, l’auteur avance que les grands ancêtres d’Éric Zemmour sont le catholique Louis Veuillot, l’antisémite Édouard Drumont et le royaliste Léon Daudet qui porte lui-même les idées de Charles Maurras. Éric Zemmour joue sur sa prétendue connaissance de l’Histoire pour réfuter la compétence de ses interlocuteurs. Or ce dernier proclame, à l'encontre des documents, à la fois que le capitaine Dreyfus était attaqué surtout en tant qu’Allemand (il était né à Mulhouse) et pas vraiment comme juif et aussi qu’on ne saura jamais si Dreyfus était innocent ou coupable.

Le premier chapitre se donne comme objectif de répondre à la question de la classification d’Éric Zemmour à l’extrême-gauche. La réponse de l’auteur est que le polémiste est à situer dans le courant du nationalisme ethnique. Ce mouvement xénophobe trouve des racines plébéiennes et s’incarne notamment dans le Parti populaire français de Jacques Doriot. La référence historique du journaliste est Jacques Bainville de l’Action française.

Réviser l’histoire de la période de L’Occupation est une des tâches prioritaires d’Éric Zemmour. Pour cela, il tire parti de l’idée, avancée par le colonel Rémy (héros de la Résistance) que de les actions de de Gaulle et Pétain étaient complémentaires, l’un jouant pour les Français le rôle de glaive et l’autre celui du bouclier.

Robert Aron, issu d'une vieille famille juive lorraine, a été interné mais libéré grâce à des proches de Laval, il a rejoint Alger où il s'est montré partisan du général Giraud. Raymond Aron travaille sans consulter les archives (inaccessibles alors) pour donner en 1954 l’Histoire de Vichy ; il donne deux pages autour de la politique antijuive des gouvernements sous Pétain où dates et chiffres sont fantaisistes. Il met au compte de Laval la livraison des juifs aux Allemands, prétendant que Pétain a freiné cette orientation du régime. Raymond Aron reprend globalement la pensée du colonel Rémy autour du double-jeu de Pétain. Soulignons que Zemmour met souvent en avant qu’il s’appuie sur les écrits de Raymond Aron pour affirmer que le régime de Vichy a sauvé la plupart des juifs français.

Notre propre opinion est que Henri Amouroux alors journaliste en zone occupée puis requis temporairement pour le STO en mars 1943, popularisa dans ses interventons médiatiques et dans son ouvrage La Grande Histoire des Français sous l'occupation (plusieurs tomes sont parus avant et après 1980) que Pétain, qu'il se refuse à qualifier d'antisémite (voir https://www.cairn.info/revue-revue-d-histoire-de-la-shoah1-1998-2-page-243.htm), ignorait le sort final réservé par les Allemands aux juifs.

Laurent Joly montre à quoi se livre le journaliste, tant du point de la falsification des faits que la banalisation de la violence exercée par les gouvernements de collaboration. Face à des journalistes ou des hommes politiques, Zemmour se pose en expert de l’histoire de l’Occupation et lorsqu’il a en face de lui un historien comme Patrick Weil en 2018, il avance que son interprétation des faits est légitime. Les simplifications auxquelles se livrent certaines personnalités facilitent le contre-discours de Zemmour. Ainsi le président Macron, en commémorant en 2017 la Rafle du Vel d’Hiv fait l’impasse sur le rôle des Allemands en présentant cette action comme l’œuvre unique de Français antisémites.   

La question esentielle est de savoir derrière quoi court Zemmour en tenant de tels discours. « Cette réhabilitation du régime pétainiste (…) vise à libérer la droite de ses complexes supposés ; à rendre acceptable des mesures jusqu’alors impensables à cause du souvenir des crimes de la collaboration ; à lever l’hypothèque Vichy afin de réunir droite et extrême-droite ; à préparer les esprits à une réaction nationale et antimusulmane » (page 128).

 

 

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 719 avis déposés - lecteur régulier

719 critiques
27/01/22
Shoah : comment expliquer que trois quarts des juifs en France n'ont pas été déportés ? https://www.france24.com/fr/france/20220127-shoah-comment-expliquer-que-trois-quarts-des-juifs-en-france-n-ont-pas-%C3%A9t%C3%A9-d%C3%A9port%C3%A9s
454 critiques
19/02/22
Le “grand remplacement”, thèse complotiste aux origines néo-nazies. C’est l’ancien trotskyste et ancien Waffen-SS français René Binet qui va diffuser, sur le plan international, la thématique d’un grand remplacement organisé par les juifs. https://www.reforme.net/actualite/2022/02/14/le-grand-remplacement-these-complotiste-aux-origines-neo-nazies/
23/02/22
Attention, vous confondez Robert Aron et Raymond Aron
719 critiques
26/02/22

En effet Robert Aron est l'historien et Raymond Aron est essentiellement un philosophe mais aussi un historien qui n'a pas toutefois écrit "Histoire de l’épuration". Je corrige donc mon texte.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La déportation .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :