Ecrire un avis

Qu’est-ce que la guerre ?

Qu’est-ce que la guerre ?
Presses polytechniques et universitaires romandes
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "L’étude de la guerre est trop grave pour ne la confier qu’aux seuls historiens"

Notre titre est une allusion au célèbre mot de Georges Clemenceau de 1897 (lors de l’affaire Schnaebelé) à savoir « La guerre ? C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires ». Qu’est-ce que la guerre est le fruit de la réunion de réflexions livrées à l’occasion de la venue en résidence d’artiste à l’université de Lausanne du metteur en scène et directeur de troupe Jean-Michel Potiron (franc-comtois d’adoption, né à Rouen). Le spectacle La guerre, notre poésie (voir une des deux photographies) est un des aboutissements du projet, est présenté en mars 2012 dans la salle de théâtre de cette université ; des explications sur son contenu sont livrées dans l’ouvrage. Les prochaines dates du spectacle seront les 9, 10 et 11 novembre 2012 au Théâtre l’ABC de La Chaux-de-Fonds et le 13 novembre 2012 au Théâtre Antoine Vitez d’Aix-en-Provence. Cette pièce est disponible pour toutes les salles qui voudraient songer à accueillir la troupe en prenant contact avec la compagnie du Théâtre à tout Prix de Besançon.

Par ailleurs Nicolas Carrel propose dans cet ouvrage des créations poétiques (en s’appuyant sur Guignol’s band de Céline et Paroles de poilus) qui livrent des pistes très intéressantes pour un travail d’adaptation sur le thème de la Grande Guerre avec des élèves de cycle III de l’école élémentaire, des collégiens et des lycéens. La première partie de l’ouvrage s’intitule “Guerre : humanité, inhumanité“ comprend huit textes parmi lesquelles on relève celui de P. de Senarclens (Freud et la guerre) où la perspective du créateur de la psychanalyse est celle de « rendre intelligibles les passions déchaînés par la Première Guerre mondiale », prolongé par celui de P. Magisttreti et F. Ansermet réunis dans une révision du paradoxe freudien selon lequel « l’être vivant préserve pour ainsi dire sa propre vie en détruisant celle d’autrui ». Dans le second volet de ce livre trois contributions réfléchissent sur le thème de “Dire la guerre“ avec des intérêts pour les guerres grecques, Vercingétorix comparé à Abd-el-Kader et l’apport de l’archéologie pour contredire les stéréotypes sur les Gaulois portés par les auteurs latins. La troisième partie traite de l’art comme arme ; comprenant six interventions elle traite entre autre du jugement moral que peuvent porter sur le phénomène guerrier l’illustration d’une coupe grecque, L’Illiade et Guernica de Picasso, de la production de Gustave Doré autour de la guerre franco-allemande de 1870 et de la Commune et des rapports entre les religions et la guerre. Cet ouvrage permet des abords souvent très originaux du sujet étudié ; il semble dans sa presque totalité réservé à un lectorat ayant suivi au moins un début de cursus universitaire (même si les auteurs tiennent compte du fait qu’ils ne s’adressent pas à des personnes au fait des bases de leur discipline) et n’est pas destiné à un large public.

Octave

Note globale :

Par - 409 avis déposés - lecteur régulier

409 critiques
22/12/14
Exposé du projet avec extraits du spectacle Qu’est-ce que la guerre ? https://www.youtube.com/watch?v=xUL-hu1jAfg
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Grande guerre :