Ecrire un avis

Baron rouge, 1 Le bal des mitrailleuses

Baron rouge, 1 Le bal des mitrailleuses
Editions Zéphir BD
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Une BD orageuse qui nous emmène au-dessus des nuages"

Une première série Adamson de Carlos Puerta et Pierre Veys racontait une expédition dans un autre monde dont l’entrée était située au large du Spitsberg , un aventurier désabusé Henry Adamson tâchait de découvrir ce qui se cachait derrière la porte découverte. L’action débutait en 1913 et les tensions entre marines et services secrets anglais et allemands s’y faisaient sentir. Si Pierre Veys est natif de Cambrai, par contre Carlos Puerta est originaire de Madrid.

Sur du papier d’allure photographique pour les pages de combat aérien, et pour les autres avec un dessin inspiré à la fois de la peinture historique du type de Goya et d’un auteur de BD de la Belle Époque Winsor Mc Cay. On peut d’ailleurs voir une exposition qui est consacrée à ce dessinateur américain au Cartoon Museum de Bâle (de juin à octobre 2012). Des scènes de la vie quotidienne avec de nombreuses bulles, s’opposent à des planches de vignettes très majoritairement muettes pour des scènes de combat dans les airs ou au sol.

Cette nouvelle série Baron rouge nous fait donc quitter l’univers marin pour le monde d’Éole. Elle présente Manfred Von Richthofen, l’as le plus célèbre de l’aviation allemande pendant la première guerre mondiale. La couverture de Baron rouge, 1 Le bal des mitrailleuses présente un bombardier allemand l’AEG G 4 mis en service en 1916, le poursuivant semble être un Farman. Le biplan de Manfred Von Richthofen apparaissant dans les premières pages de cet album est de couleur rouge, toutefois seul le célèbre triplan Fokker avait naturellement cette couleur.

Ce premier tome aborde les années d’études du héros et ses tous premiers combats aériens en Belgique. Le scénariste veut nous faire percevoir une personnalité originale dotée des capacités extraordinaires pour présentir les actions immédiatement agressives des gens qui lui font face.

Le récit prend des libertés avec ce que l’on croit savoir du Baron rouge, toutefois en gommant tout l’aspect légendaire d’un esprit chevaleresque de celui-ci, il pourrait bien approcher la réalité historique. Dans la mesure où les victoires aériennes sont souvent liées comme son décès au front occidental, certains lecteurs suivront avec attention le développement des aventures de Manfred Von Richthofen vraisemblablement au-dessus des Flandres, de la Picardie et de Verdun.

Il est à noter qu’un album de BD de l’Américain George Pratt avait déjà été consacré au personnage qui nous intéresse, il s’agit du Baron rouge : Frères ennemis nommé aux Eisner et Harvey Awards, cet album a remporté le Prix France Info du meilleur album étranger (1992) et le prix Speakeasy au Royaume-Uni. Il a connu une nouvelle traduction en 2010 sous le titre de Baron Rouge : Par-delà les lignes. Dans Les Celtiques Hugo Pratt proposait un court récit évoquant l’épisode sa mort. Dès 1978 Le Baron rouge avait fait l’objet d’un album scénarisé par Bob Kanigher et illustré par Joe Kubert, il reprenait des aventures publiées aux USA des environs de 1965 à 1970.

Alexandre

Note globale :

Par - 372 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :