Ecrire un avis

M. K . Récit d’un déporté arménien

M. K . Récit d’un déporté arménien
Turquoise 159 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Vers le Tigre suivi par des fauves"

L’ouvrage est sous-titré : Dix années d’errance parmi les Kurdes et les Syriaques. Baskin Oran est un universitaire turc qui s’est intéressé en particulier au sort des minorités actuelles en Turquie, il a mis par écrit les mémoires enregistrées par Manuel Kirkyacharian, un Arménien qui a passé la fin de sa vie en Australie auprès de ses enfants, mais était fonctionnaire à Chypre (alors colonie britannique) dans les années 1940 et 1950. Ce dernier était né à Adana en Cilicie en 1906 et il a connu la déportation à l’âge de neuf ans, ceci alors que ses parents décèdent au cours du premier mois de cette marche forcée. D’après les dernières études historiques les plus sérieuses, ce sont un peu plus de 920 000 personnes qui furent déportées.

  

Dans les nuances de rouge: le turc et celui d'Andrinople (image absente du texte)

Les habitants arméniens de sa ville reçoivent l’ordre de rejoindre un village près d’Alep, au cours de leur périple beaucoup des déportés se font piller par les Tcherkesses (descendants de Caucasiens musulmans qui avaient fui l’Empire russe dans les années 1860). Ils sont ensuite dirigés vers les bords de l’Euphrate où là de nombreux enfants sont adoptés par des familles arabes ou kurdes et des jeunes filles sont mariées de force. Après diverses péripéties, le narrateur arrive dans un village chrétien près de Mossoul toutefois les habitants de celui-ci subissent aussi les exactions des Turcs en 1916. En 1924 il parvient à Mossoul devenu une ville du protectorat britannique sur l’Irak puis passe à Alep qui fait partie de la Syrie sous mandat français.

Globalement le discours tenu est froid, dénué de réflexions morales. On note que Manuel Kirkyacharian met en cause, comme responsables de cette décision de déportation: le docteur Nazim Bey, Talat Pacha et Enver Pacha et n’évoque jamais Djemal Pacha. L’iconographie est très conséquente, avec en particulier une photo de la famille du narrateur en 1908, de nombreuses cartes géographiques et des pages en turc des aventures de Nasreddin Hodja (ou Nasr Eddin Hodja).     

Pour tous publics Quelques illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 342 avis déposés - lecteur régulier

03/10/18
Ce livre est bouleversant et l'épopée de la défense héroïque du village syriaque contre l'armée turque, un morceau d'anthologie.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La Grande Guerre hors de France .

> Voir notre sélection de livres sur L'Arménie .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :