Ecrire un avis

Les sages inepties de Nasr Eddin Hodja

Les sages inepties de Nasr Eddin Hodja
Albin Michel 197 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Inepties islamiques traditionnelles d’Anatolie (rien à voir avec la Turquie d’aujourd’hui)"

Les histoires autour du personnage de Nasr Eddin sont connues dans tout l’univers qui a été durablement marqué par la civilisation islamique du moins du Turkestan chinois et la Perse jusqu’aux Balkans et le Maroc. Par ailleurs des pays proches de cet espace comme la Mongolie ou la Russie l’auraient également adopté et adapté.  Après l’adaptation en dessins animés de ses aventures en Chine, sous le nom en mandarin d’Āfántí (阿凡提)il est devenu populaire aussi dans l’Empire du milieu.

C'est en quelque sorte le Toto ou Renart  de nos régions, en un peu souvent moins scatologique mais prenant des libertés avec le respect que l’on devrait avoir avec les hommes représentant l’autorité religieuse mais ne se moquant jamais de la religion musulmane. Nasr Eddin en 1996 a été proclamé personnage de l'année par l'Unesco. Un homme Ashkéhir d’origine seldjoukide , ouléma en Anatolie au XIIIe siècle, a servi de référence au départ.  Chaque année, en juillet, dans sa ville prétendument natale de Sivrihisar (pas loin d’Ankara) se tient pendant une semaine une fête en son honneur.

Illustration absente de l'ouvrage

En fait selon le professeur Mikail Bayram, il s’agitait de Nasir ud-din Mahmood al-Khoyi, né dans la ville de Khoy dans la partie de l'Azerbaïdjan qui est restée aujourd’hui dans l'Iran. Il a fait ses études en Khorasan et est devenu l'élève du célèbre mufti Fakhr al-Din al-Razi qui résidait dans une des grandes villes de cette région, à savoir Herat (de nos jours, ville afghane proche de l’Iran). Il a été envoyé en Anatolie par le calife de Bagdad pour organiser la résistance et le soulèvement contre l'invasion mongole. Il a servi de kadi à Kayseri. Au moment de l'invasion mongole, il est devenu un adversaire du soufi persan Rumi. Il est a la charge de vizir à la cour de Kaykaus II, sultan seldjoukide autour de 1250. Il est mort très âgé entre 1275 et 1285 à Konya en Anatolie.

Nasr Eddin joue assez souvent   les naïfs et ces remarques finales revoient un peu à un absurde révélateur d’une critique sociale.  « Nasr Eddin jouerait alors, par sa mauvaise foi affichée, ses ruses, ses méfaits divers, ses obscénités, le rôle du maître de blâme qui, par le rire, offre aux auditeurs et aux lecteurs un miroir de leur réelle condition » (page 11)

Notre auteur avait déjà réuni nombre de ses histoires dans cinq ouvrages (chez des éditeurs différents) ; dans ce livre, à raison d’un par page il offre cent-soixante-cinq petits récits humoristiques. Chaque histoire est donc assez courte, et elles peuvent être lues très progressivement  par des enfants à partir de 9-10 ans qui se feront une joie de les ressortir à l’école pendant la récréation. Celles-ci ont été, dans cet ouvrage, auparavant introduites par une présentation générale de leur dimension culturelle.  

Dans ce volume, il y a une dizaine de textes qui font allusion à Tamerlan (présenté comme Timour-Leng) qui dans la seconde partie du XIVe siècle et le tout début du siècle suivant. Il ravage l’Asie centrale dont la poussée en Anatolie contre les Ottomans permit de retarder d’un demi-siècle.  

Citons un de ces courts récits :

« Timour-Leng, le tyran sanguinaire, surnommé Pied-de-fer, vient de conquérir Akshéhir, la Ville blanche, et il entend dire qu’y habite une sorte d’illuminé, de prophète, un certain NNasr Eddin, qui se targue d’avoir des entretiens avec Allah Lui-même. Timour le fait aussitôt amener devant lui par ses soldats :

- Alors, rustre, c’est toi qui prétends causer avec Allah ?
- Oui, seigneur, c’est moi. Presque chaque nuit, nous conversons l’un avec l’autre.
- Tu es un escroc, un menteur ! s’emporte le Boiteux, en dégainant son cimeterre.
- Oh seigneur, permets-moi de te dire que tu n’es pas loin du blasphème. Comment peux-tu penser qu’Allah accepterait de parler avec un menteur ! » (page 60)

Pour tous publics Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 526 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :