Les moissons de l’espoir, de Michel Giard : avis et résumé critique de Zaynab


Ecrire un avis

Les moissons de l’espoir

Les moissons de l’espoir
De Borée417 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "La Normandie dans l’Entre-deux-guerres en général et la Manche en particulier"

Ce livre est la suite de l’ouvrage Un sou de bonheur, où l’action démarrait en juillet 1950 avec une Joséphine devenue grand-mère qui recevait aux Pieux sa petite-fille venue de Cherbourg. Ce village de la Manche, pas très loin de Cherbourg, compte toujours entre 1 000 et 1 300 habitants entre 1900 et 1975. On se rappelle que Victor Hugo en 1836 s'est arrêté là. Joséphine vit dans ce village jusqu’à ce que son mari Gustave n’ait l’opportunité de devenir boucher à Cherbourg.

Ce dernier, qui a servi au 136e RI, termine le conflit gazé et son retour à la vie civile en juin 1919 est bien difficile physiquement et moralement.  Trois ans plus tard, c’est aussi le moment où, après des années de bagne, réapparaît le père de Joséphine qui a pris pour un autre. Au passage, on voit que l’auteur connaît toujours aussi mal certains aspects l’univers des bagnards puisque, condamné à sept ans de bagne, un homme ne peut revenir en métropole que quatorze ans après sa condamnation car un bagnard était tenu de résider libre ensuite en Guyane pendant un temps égal à la durée de sa peine.

Comme dans le premier volume, on évoque des vistes de Clemenceau à Giverny chez le peintre Monet (page 107 à 111). Joséphine hérite de terres agricoles car elle est légataire de l’ancien patron boucher de son mari (page 120). Ceci permet d’évoquer la situation des petits fermiers durant l’Entre-deux-guerres et en particulier la modernisation des exploitations, déjà amorcée durant la Première Guerre mondiale.  

Un mot est dit sur le leader paysan Henri Dorgères ; il est  présenté page 220 en soutien à un agriculteur qui s’était opposé aux assurance sociales pour les ouvriers agricoles que la loi du 5 avril 1928 rendait obligatoire. Le président de la République Albert Lebrun se déplace à Cherbourg en 1933 pour inaugurer la nouvelle gare maritime. En plus de suivre un peu l’actualité politique française, on a avec les multiples initiatives d’Hitler quelques flashs sur des évènements européens. Le récit se termine avec l’arrivée des Allemands dans la Manche en juin 1940.  

Pour tous publics Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 425 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Du même auteur :
> Dans la catégorie Entre deux guerres :