Ecrire un avis

Femmes dans l’histoire: Provence

Femmes dans l’histoire: Provence
Sutton116 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Les Niçoises sont loin d’être oubliées"

Pour la Provence, il aurait fallu définir si on voulait évoquer la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) ou la Provence historique. Intègre-t-on le Comté de Nice, Avignon et le Comtat Venaissain mais alors peut-on rejeter les Hautes-Alpes et si oui pourquoi (on peut le justifier assez facilement mais encore faut-il le dire) ?

 

Je n’ai pas compris l’ordre de classement choisi, ni chronologique (comme avec Femmes dans l’histoire: Champagne Ardennes) ni clairement thématique (par exemple on a des souveraines pages 46 à 51 mais aussi pages 18 à 23). Certains choix ne sont absolument pas justifiés par le texte proposé comme Eugénie de Montijo, avec en plus la reprise de cette fake news avant la lettre comme quoi Clemenceau aurait eu besoin d’une lettre de Guillaume Ier pour récupérer l’Alsace-Lorraine en 1919. Que cette veuve de Napoléon III ait envoyé ce courrier est historique mais cela n’a joué aucun rôle dans les négociations du Traité de Versailles.

 

On démarre par une autre légende à savoir l’arrivée d’une des trois Marie-Madeleine (on ne sait même pas vraiment laquelle d’après la légende) liées au Christ en Provence. On poursuit avec trois autres saintes dont Sara qui aurait accueilli Marie-Madeleine en Provence. Il aurait été plus logique de placer avant les créatures de légende païenne mais l’auteur les a mis après nos saintes ; dans ce lot on trouve une sirène Ermentrude du château de Salernes (actuellement dans le Haut-Var), avec un récit en des points bien semblables avec celui des aventures de Mélusine. Une très regrettable impasse est faite sur Gyptis qui en choisissant le grec Protis se voit présente dans le mythe fondateur de Marseille (voir https://tarpin-bien.com/gyptis-protis-origines-de-marseille/).

 

On passe ensuite aux reines, princesses et nobles, dont Aliénor de Comminges, dame de Meyrargues et épouse de Guillaume Roger de Beaufort qui avait des fiefs en Provence occidentale et en Languedoc. Elle prit la tête de troupes lors de la guerre de succession qui suivit la mort de la reine Jeanne de Naples (par ailleurs comtesse de Provence) et pour des pillages de cargaison de marchands (ce qui lui vaut une arrestation en 1399 par le maréchal Boucicaut et presque un an et demie d’emprisonnement à Aix-en-Provence.   L’histoire de Catherine Ségurane, la Jeanne d’Arc niçoise, nous rappelle que le comté de Nice tomba à partir de la fin du XIVe siècle dans les mains des ducs de Savoie. En conséquence Turcs et Français assiègent Nice en 1543 ; les Niçoises participent à la défense de la ville et l’une d’entre elle, la lavandière Catherine Ségurane, s’illustre.

 

Parmi les femmes de lettres, on retrouve évidemment Madame de Sévigné, non parce que Grignan (aujourd’hui dans la Drôme) était terre adjacente du comté de Provence mais parce que son mari était lieutenant général du roi en Provence. Moins connue est Laure de Noyes, la muse de Pétrarque décédée en Avignon en 1348.

 

Parmi les artistes, on attendait Mireille Mathieu et on relève également le nom de Mireille Ponsard une Marseillaise née en 1908 qui fut souvent présente sur les planches marseillaises et parisiennes pour interpréter des opérettes. Je n’ai pas trouvé  l’actrice Milly Mathis née à Marseille en 1902 et morte à Salon-de-Provence en 1965. Sa filmographie est très impressionnante et dans La Trilogie marseillaise de Pagnol au cinéma et au théâtre, elle est Claudine la tante de Fanny (voir http://sassard.free.fr/raimu/mathis.html).

 

Est une bonne surprise la découverte d’Irène Lagut, peintre connue dans les années 1920 ; provençale d’occasion durant les 50 dernières années, cette centenaire s’était retirée à Menton. Elle fit l’objet d’une demande en mariage de Picasso ; ce qui est dit sur le rôle de complice d’Apollinaire dans l’enlèvement de celle-ci par Picasso est qualifiée de "grandguignolesque mais authentique".  Le portrait de certaines résistantes est dressé, la personnalité de Berty Albrecht, née à Marseille en 1893, au sein d’une famille d’origine helvétique calviniste est la plus remarquable.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Zaynab

Note globale :

Par - 526 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur Apollinaire .

> Voir notre sélection de livres sur La fée Mélusine .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :