Ecrire un avis

La morale des droits de l’homme

La morale des droits de l’homme
Orizons 359 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Un discours érudit"

Les recherches de l’auteur prennent en compte les dimensions de la philosophie, du droit et de la science politique. Il retrace ici l’évolution des conceptions des droits de l’homme.  Cette histoire intellectuelle rappelle qu’entre les déclarations datant du XVIIIe siècle (de Virginia en 1776 ainsi que de Paris en 1789) et celle de New York en 1948, il y a un grand espace de temps où les droits de l’homme ne sont pas sujets à réflexion. La Société des nations n’en fait pas une question à son ordre du jour, préoccupée à gérer les problèmes des réfugiés sans nationalité, du désarmement, des conflits (Mandchourie et Éthiopie pour les plus importants), du trafic d’êtres humains…

Dans l'introduction, on relève cela:

«Nous allons décrire deux façons de concevoir le droit individuel, dont l’une fixe un espace de liberté composé d’un ensemble de manières d’agir que l’individu peut choisir à sa guise. C’est-à-dire que ce même individu n’est ni obligé d’agir ainsi ni obligé d’y renoncer. Il a la permission d’agir ainsi puisqu’il peut aussi s’abstenir. Un nombre restreint d’obligations individuelles rigoureusement déterminées peut de cette façon servir à valoriser la liberté. Pour l’autre conception cet espace de liberté est du domaine de l’arbitraire et du caprice humain qui n’apporte aucune contribution positive à son développement moral et son vrai bonheur. Pour cela, il faut se focaliser sur les droits qui sont en même temps des devoirs ».

En prenant appui sur des textes d’auteurs divers, et en particulier Saint Thomas d’Aquin et Guillaume d’Occam, l'auteur s’attache dans un premier volet à distinguer les valeurs morales de deux conceptions du sujet, dans un deuxième point à donner des repères historiques (de l’Antiquité à nos jours) et dans une dernière partie à ouvrir sur une troisième  conception des droits de l’homme. Dans la conclusion, l’auteur parle d’"ordre normatif". On pourra retenir de la dernière page ceci :

« C’est le grand nombre des personnes qui se considèrent comme autonome et pour cette raison ces personnes se renseignent et jugent les arguments pour et contre. C’est donc eux qui constituent l’avenir des droits de l’homme. L’important c’est que les gens se considèrent comme autonomes et qu’ils voient que les droits de l’homme sont leur garantie de pouvoir continuer de l’être »  (page 316).   

Alors que certains dirigeants asiatiques évoquent le contenu des droits de l’homme comme une idéologie occidentale non adaptée à leur société et sans racines historiques dans leur propre histoire, Mogens Chrom Jacobsen propose ici une réflexion, dont certaines données pourraient servir de base afin de nourrir un nouvel argumentaire original contre les dires de Xi Jinping et d’autres responsables politiques de pays. Ce discours de réfutation reste évidemment à bâtir.

Réservé aux spécialistes Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 586 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Histoire transversale :