Ecrire un avis

Petit manuel des valeurs et repères de la France

Petit manuel des valeurs et repères de la France
Rocher154 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Petit manuel des valeurs et repères d'une France conservatrice"

C’est autour de vingt valeurs que la France a construit son identité, d’après les auteurs. Ce sont : La langue française, Le drapeau tricolore, La Marseillaise, Les racines chrétiennes, La monarchie, L’héritage gréco-romain, La République, La laïcité, Liberté, égalité, fraternité, L’humanisme, Les Lumières, La liberté d’expression, L’universalisme, L’école de la république, L’honneur et la gloire, Patriotisme et nationalisme, La démocratie, Unité et indivisibilité, La méritocratie républicaine, La Française, modèle de liberté (comprendre la femme française).     

Le chapitre sur l’école relève du discours du "nivellement pas le bas", avec des données qui ne sont absolument pas significatives et objectives. Ce qui compte ce n’est pas le nombre de jours de classe pour calculer le volume d’heures d’enseignement sur une année mais le nombre total d’heures d’enseignement dans l’année scolaire et au niveau européen la France est seconde en volume derrière l’Italie. La remarque sur les IUFM qui apprendraient des techniques pédagogiques fera rire tous ceux qui sont passés par ces centres de formation.

Avancer que Vincent Peillon voulait déconstruire l’école parce qu’il veut en faire "un citoyen, sujet automne" et se baser sur un article (au contenu sciemment caricatural) du Figaro magazine pour expliquer la pédagogie de Philippe Meirieu fera dire, à certains, des choses peu aimables. Cerise sur le gâteau, reprendre des chiffres, fruits d’une inculture historique, en annonçant qu’en un siècle on a perdu 70 jours de classe, ceci alors que l’on sait en lisant des documents d’époque (comme les rapports d’inspection des instituteurs) ou les témoignages de l’enquête d’Ozouf que les élèves dans leur majorité étaient scolarisés de novembre à mars dans une France à dominante rurale. De plus le certificat d’études pouvait se passer à onze ans, ce qui veut dire qu’un certain nombre d’élèves arrêtaient là leurs études pour des raisons financières.

Pour reprendre une formule (en l’inversant) que le Figaro magazine aurait sûrement attribué à Fouché, alors qu’elle est de Boulay de la Meurthe (moins connu mais à la personnalité bien plus honorable), ce chapitre est pire qu’une faute c’est un crime contre la République. Il ostracise tous ceux qui entendent, en adaptant le contenu et les méthodes d’enseignement à un large public, éviter que la culture française jugée "bourgeoise" soit rejetée par certains secteurs de la population. Eux souhaitent conduire leurs élèves vers cette culture "cultivé" mais pensent que cet objectif ne peut être atteint sans la construction d'une approche progressive. 

Quand on veut une France du "vivre ensemble" combattant la "pensée unique", on évite de se mettre à dos ceux qui agissent dans ce sens. À moins que tout ce qui ne rejoint pas sa façon de voir ne relève du "gauchisme culturel". Ces termes sont présents dans la préface.

Donc, en se dispensant de cette préface et du chapitre sur l’école, les auteurs auraient pu atteindre autour d’eux un large consensus. Plus des bricoles, comme la France choisie pour recevoir, à destination du monde entier, les annonces du Sacré-Cœur et de l’Immaculée Conception, un retour souhaité de la monarchie et pour terminer le féminisme, l’antiracisme et l’altermondialisme qui relèvent du discours compatissant et doloriste de la bien-pensance culpabilisatrice.

On peut suivre les auteurs par ailleurs sur certains points comme vis-à-vis du franglais (avec d’ailleurs des exemples encore plus parlant comme "supporter" qui a pris un sens de "soutien" alors qu’il a à l’origine l’idée justement qu’on a du mal à s’entendre avec une personne ou ces circonscriptions primaires de l’éducation qui s’appellent par exemple "Poitiers Sud-Vienne") et des réunions en anglais dans l’hexagone. En conclusion voilà un ouvrage qui consolidera peut-être beaucoup de gens dans leur opinion mais ne contribuera pas à l’union nationale.          

Pour tous publics Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 695 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :