Ecrire un avis

Nouvelle histoire de la Franche-Comté, tome 1

Nouvelle histoire de la Franche-Comté, tome 1
Belvédère392 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "La croix de saint André et la cancoillotte en héritage du Moyen Âge ?"

Ce premier tome court de la Préhistoire au XVe siècle, c’est-à-dire des origines à la fin du Moyen Âge, entre temps Séquanes, Burgondes, Francs l’occuperont. Tombée dans l’escarcelle de Lothaire, lors du partage de l’héritage carolingien, elle relève du Saint-Empire romain germanique pendant quasiment toute l’époque médiévale. Appelée comté de Bourgogne, elle passe dans les mains des ducs de Bourgogne jusqu’en 1477 où la fille de Charles le Téméraire ‘et aïeule du roi de France Jean II le Bon) épouse Maximilien d’Autriche. Louis XIV n’en fait la conquête qu’en 1678.

Toutefois "Nouvelle histoire de la Franche-Comté" nous évoque l’histoire de l’espace régional franc-comtois tel qu’il a existé dans la seconde moitié du XXe siècle et disparaît en 2016 avec la création d’une grande région Bourgogne-Franche-Comté. Ceci veut dire que les auteurs pourront évoquer, outre évidemment des lieux et faits concernant le comté de Montbéliard, mais aussi ceux qui appartenant au comté de Ferrette (donc à l’Alsace) passeront dans le Haut-Rhin en 1789 pour constituer en 1871 ce qu’on appellera le Territoire de Belfort. Ainsi page 323 propose-t-on un plan de ville de Belfort au XVe siècle à la page 323.  

Même si les contours de cet espace ont pu évoluer c’est aux marges (ainsi Le Cerneux-Péquignot est  village franc-comtois, donc catholique, rattaché en 1815 par la volonté du roi de Prusse à sa principauté de Neufchâtel protestante) et il existe une forte identité franc-comtoise encore au XXIe siècle. De plus dès l’époque gauloise cet univers est au carrefour de grandes voies commerciales terrestres et fluviales. L’ouvrage est composé de deux parties inégales ; la première est faite d’environ soixante-dix pages et elle dresse les caractéristiques générales communes qui, de la Préhistoire à l’occupation romaine, tendent vers une spécificité de cette région.

Les vestiges romains sont importants et on s’attendait à trouver une large place faite à Mandeure et Besançon en particulier, on est heureux de voir que d’autres sites comme Luxeuil n’ont pas été oubliés. Si l’ouvrage rappelle que douze milles Séquanes se trouvent dans le camp d’Alésia, il ne soulève pas la querelle d’une Alésia franc-comtoise, une thèse très rarement reprise par des universitaires et défendue en ce début du XXIe siècle par des personnages plus ou moins médiatiques.       

Si cet espace garda son unité au cours des siècles, il ne faut pas oublier que diverses populations s’y succédèrent mais pour l’époque médiévale seuls les Alamans, les Burgondes et les Francs vinrent se mélanger au large substrat de familles gallo-romaines. On sait qu’au XVIIe siècle, après les désastres de la Guerre de Trente ans, le renouvellement de population fut très important mais nous découvrirons cela dans le second volume de cette trilogie.     

La seconde partie du livre couvre trois cent pages, elle est subdivisée en trois sous-parties égales qui traitent successivement des périodes du Ve au Xe siècle, du XIe au XIIe et du XIVe au XVe siècle. Le choix a été fait non pas d’insister, comme beaucoup d’ouvrages sur l’histoire de la Franche-Comté ont pu le faire, sur la dimension politique mais au contraire d’approcher de façon fine de larges aspects des dimensions socio-économiques et de les lier entre autres aux transformations urbanistiques, religieuses et climatiques. L’adjectif du titre "nouvelle" dans  "Nouvelle histoire de la Franche-Comté" est bien mérité et c’est le plus beau compliment qu’on peut faire à un livre largement illustré, y compris en couleurs pour porter par exemple une reconstitution de l’oppidium gaulois de Vesontio (Besançon) ou des berges du Doubs au même endroit à l’époque romaine. Des objets d’art, aujourd’hui souvent conservés au musée d’art et d’histoire de Besançon sont présentés ici ; une très belle fibule dans un style des populations du Danube du Ve siècle, provenant du musée de Dôle est reproduite.    

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 649 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :