Ecrire un avis

Les histoires les + coquines des rois et reines de Belgique

Les histoires les + coquines des rois et reines de Belgique
Jourdan393 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Là qu’un (Laeken) palais de Sexe-Cobourg !"

"Les histoires les + coquines des rois et reines de Belgique" est un ouvrage d’histoire qui nous promène depuis le début du XIXe siècle à travers non seulement la cour du royaume outre-quiévrain mais aussi dans l’univers culturel et sociétal de quelques autres pays, à savoir principalement la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Les frasques sexuelles des souverains belges ont alimenté en particulier un nombre incalculable de personnes qui se pensaient (très généralement de bonne foi, mais aussi prêt à s’octroyer ce passeport pour faciliter leur accès à la notoriété) des bâtards de Léopold I (qui dès 1812 est avec les Russes contre Napoléon et s’était vu proposé en février 1830 le trône de Grèce mais le refusa), Léopold II, Albert Ier(on revient longuement sur les circonstances de sa mort), Léopold III, le régent Charles, Baudouin, Albert II. Le livre a beaucoup de choses à raconter sur les reines (et sur la première épouse de Léopold I), il respecte bien le principe de la parité dans ces titres de chapitres (comme "Léopold III et Astrid" ou "Albert Ier et Élisabeth", " Albert et Paola") et dans le volume consacré aux unes et aux autres.

« Il faut dire que la tradition des enfants adultérins, vrais, supposés ou faux dans notre famille royale est presque une marque de fabrique ». (page 367)

En fait les cas les plus douteux ont été éliminés (sans même les citer) comme celui de la famille de la famille de Henry de Monfreid (sa grand mère, Marguerite Barrière aurait eu une liaison avec le jeune Léopold II), d’autres sont réfutés et exposés longuement comme Léopold II père du général Weygand (pages 231 à 235). Plus de deux pages sont consacrées à la question "Léoplod II est-il le grand-père d’Hergé ?"

Ce qui a d’intéressant c’est que des cas très sérieux d’enfants illégitimes, on en découvre quasi régulièrement et même jusqu’à une soixantaine d’années après la naissance de l’enfant :

« Dans les années 2000, des enquêteurs fouillent la demeure d’un certain Edmond Bajart (…) Il y a, entre autres, des papiers appartenant à Willy Weemaes qui fut dans le passé le secrétaire d’un cabinet de Léopold III et parmi ceux-ci une étonnante lettre rédigée par une des dames suédoises de la suite d’Astrid et adressée à Léopold. Elle y dit à ce dernier qu’elle ne veut plus demeurer au Zoute après son mariage et que son époux a adopté leur fille». (pages 300-301)

Pour tous publics Quelques illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 325 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :