Ecrire un avis

Les Cathares entre mythe et réalité

Les Cathares entre mythe et réalité
Sud Ouest 141 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Albigeois , cathares, bogomiles, bougres, bons hommes, parfaits ... Prendre autant de noms, c’est déjà diabolique !"

Dans son introduction, l’auteur ne fait vraiment pas preuve de qualité d’historien des mentalités quand il prête à Stello Lorenzi l'origine du regain d’intérêt pour les Cathares. Tout d’abord, s’il y avait une réflexion intelligente à faire ce serait de remarquer que les deux dernières émissions de La Tribune de l’histoire traitent en 1966 des Cathares (le sujet n’est donc pas évoqué en un épisode).  Lorenzi tente d’amener le spectateur à une réflexion sur l'arbitraire, le fanatisme religieux ou les injustices sociales dans cette série documentaire. Aussi la série s'arrête en 1966 sous la pression politique du secrétaire de l’Information le Breton Yvon Bourges. Notons qu'Alain Decaux et André Castelot collaboraient avec Lorenzi. 

Ce n’est évidemment pas Lorenzi qui porte l’intérêt sur les Cathares mais il propose cette émission au moment où le nationalisme occitan est en pleine ascension et l’image d’une nation occitane massacrée par les seigneurs du nord lors de la Croisade contre les Albigeois va être un bon ressort pour une mobilisation de miltants. Certaines formes de l'esprit de Mai 1968, le Larzac et le "Vivre et travaillez au pays" s'ajoutent à cela dans les années 1970. Se greffe là-dessus le développement du  tourisme et on va même voir le département de l’Aude déposer la marque Pays cathare pour communiquer sur ce nom. Notons qu’il s’agit là d’un hold-up sur le nom puisque  la majorité des châteaux liés réellement au catharisme (dont celui de Montségur, situé en Ariège) ne sont pas dans l'Aude.

Dominique Dieltiens a tout-à-fait raison de parler d’un catharisme et d’une Occitanie fantasmés. Il nous conte la situation de rivalités entre grands féodaux et le développement du catharisme ; il aborde ensuite les conditions dans lesquelles est déclenchée la croisade contre les Albigeois et les massacres qui s’en suivent ainsi que les actions des Frères prêcheurs. Le dernier parfait se nommait Bélibaste (et non Bélibastre), nous rajouterons de plus personnellement qu’il fut brûlé vif en 1321 à Villerouge-Termenès.  Là comme avec la mention que Raymond VI a été humilié sur le parvis de Saint-Gilles, on reste sur sa faim car on n'explique pas de quelle manière cela se fit.

À la fin de l’ouvrage, des pages évoquent les traces architecturales qui persistent. Il rappelle que presque tous les châteaux dits "cathares" ne sont pas vraiment cathares mais ont été construits après la victoire de la Croisade contre les Albigeois.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 265 avis déposés -

265 critiques
30/06/18
Les cathares aussi en Champagne d'après Luc Dassens qui livre un très intéressant article sur le Mont Aimé (au sud d'Epernay dans la Marne) dans le n°21 de juin 2018 de la revue Du Pays Sézannais.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :