Ecrire un avis

Guillaume le conquérant

Guillaume le conquérant
Flammarion855 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Les hommes illustres ont pour tombeau la terre entière (Thucydide)"

En 1989 paraissait l’ouvrage William the Conqueror  de David Bates et ce dernier livrait en 2016 une autre vision de son personnage sous le même titre.  Le livre sort, dans sa traduction en français en 2019, alors que le musée de Bayeux se demande s’il va pouvoir prêter sa tapisserie qui raconte la conquête de l’Angleterre ; en effet celle-ci est très fragile. Parmi la quinzaine d’illustrations offertes, on en compte d’ailleurs trois (sur double-page) tirées de la Tapisserie de Bayeux.  

Dans les premières pages, destinées à resituer l’esprit dans lequel l’auteur a écrit cet ouvrage, ce dernier revient par deux fois sur la violence du personnage et avance qu’il a réévalué le rôle que l’on attribuait habituellement à l’épouse de Guillaume le conquérant, à savoir la reine Mathide, fille de Baudouin de Lille comte de Flandre. Fait significatif elle meurt à Caen et son mari décède à Rouen.

Cette étude permet d’approcher le caractère de l'homme, son gouvernement, ses réussites et ses échecs dans ses entreprises sur le continent et sur l’île, sa famille, sa piété et la mémoire qu’on entretient autour de lui. Du fait de la mort de son père, sur le chemin de retour d’un pèlerinage à Jérusalem, Guillaume devient duc vers l’âge de huit ans. Assassinats dans on entourage, famine et épidémie marquent le début de ses responsabilités à la tête du duché. Le roi de France,  Henri Ier, apporte, lors de la bataille du Val-ès-Dunes en 1047, un soutien au jeune duc contre les seigneurs normands rebelles. Toutefois le capétien s’alliera plus tard avec le comte de Blois lorsqu’il s’inquiétera de la montée en puissace de Guillaume. Sur le continent, il eut comme principaux autres  freins à ses ambitions Thibaud III de Blois le comte de Blois puis de Champagne, Foulques le Réchin ou Foulques IV, comte d'Anjou, de Tours et du Maine ainsi que Robert Ier de Flandre d’ailleurs frère de la reine Mathilde.

C’est finalement au début son deuxième tiers de vie qu’il s’empare de l’Angleterre sous un prétexte qui n’est guère légitime. « Malmesbury nous expose l’argument qu’a pu utiliser Harold : l’approbation nécessaire de la noblesse anglaise faisait défaut au serment prêté à Guillaume et ce dernier ne respecta pas sa part de contrat en reprenant sa fille, qu’il avait fiancé à Harold » (page 269). La fille en question est Adélaïde qui finalement devint religieuse. Les circonstances favorisèrent largement la réalisation de cet objectif de Guillaume. En résumé, une lecture passionnante et accessible.

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 401 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :