Ecrire un avis

Devenir socialiste : le cas Jaurès

Devenir socialiste : le cas Jaurès
Le bord de l’eau102 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Le discours jauréssien ne déplaît pas à tous les régents"

Si autant d’instituteurs (encore appelés "régents" dans certains départements de l'Ouest), et en particulier Ernest Pérochon, se sentent proches du Parti socialiste SFIO à la Belle Époque, ils le doivent pour beaucoup à la personnalité de Jean Jaurès. Comme ce dernier, ils ne sont pas issus de milieux ouvriers car avec un brevet élémentaire un fils d’ouvrier ne rentre pas dans les carrières publiques. Un grand nombre d’entre eux viennent de la paysannerie et par Jean Jaurès, ils vont être sensibilisés à la question sociale.

Cet ouvrage "Devenir socialiste : le cas Jaurès" réfléchit sur les chemins qui amènent un député opportuniste élu en 1885 au scrutin de liste à évoluer vers le socialisme, alors que les collègues de Jaurès ayant la même étiquette évolueront tous vers la droite dès les toutes premières années du XXe siècle. On les retrouvera s’ils sont dreyfusards à l’Alliance républicaine démocratique et certains seront même antidreyfusards (donc membres de la Fédération républicaine).

C’est parce que Jaurès situe le socialisme français dans la longue histoire et qu’il le rattache aux valeurs républicaines et le veut défenseur des petits paysans et des ouvriers agricoles, qu’il lui donne une couleur particulière. Gilles Candar passe en revue les lectures et les hommes qui guident Jean Jaurès dans ce chemin vers le socialisme. Gilles Candar fait là œuvre de synthèse autour de l’évolution de la pensée de Jean Jaurès et ce travail est d’autant mieux réussi que l’auteur a déjà écrit de nombreux textes autour de Jaurès et de l’histoire des gauches sous la IIIe république.

L’ouvrage conclut ainsi :

« Le rêve de Jaurès, éclairé aussi par l’humanisme et les lumières, par ses lectures philosophiques, littéraires, mais aussi par ses souvenirs d’histoire et la méditation sur les œuvres d’art, est d’aspirer à l’universalité, de vouloir englober l’ensemble des forces vivantes et agissantes dans son combat pour justement "constituer l’humanité". La ligne de démarcation essentielle est là. Jaurès ne pense pas son moi comme devant se protéger des autres, mais il cherche à le mettre en harmonie avec d’autres intelligences et volontés pour mener à bien des œuvres communes. (pages 90-91)

Pour connaisseurs Aucune illustration Plan thématique

Adam Craponne

Note globale :

Par - 647 avis déposés - lecteur régulier

647 critiques
08/03/15
L'Université populaire à Castelnaudary propose une conférence-débat s'intitule «Jean Jaurès, génie symphonique» mardi 10 mars, à 20 h 30. Elle sera animée par Philippe Fréchet.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :