Ecrire un avis

Je suis Juan de Pareja

Je suis Juan de Pareja
École des loisirs280 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Juan n'est pas né dans un golfe, mais au bord du Guadalquivir"

"I, Juan de Pareja" est paru aux USA en 1965 et en France en 1989, le narrateur est l’esclave du peintre espagnol Vélasquez, fils d'une esclave mulâtre d’un père espagnol qui ne l’a pas reconnu. Il est né vers 1606 en Andalousie et mort en 1670 à Madrid. En 1650 alors que lui et son maître sont à Rome, il est affranchi. Vers 1630 il était devenu assistant du peintre. Le Portrait de Juan de Pareja, réalisé par Velasquez,  a été acheté par le Metropolitan Museum en 1971 ; il est reproduit en couverture du livre.

La maîtresse de sa mère meurt de la peste en 1649 à Séville, celle-ci l’a couché sur son testament comme devant revenir à son neveu le peintre Vélasquez. En quinze chapitres, Elisabeth Borton nous conte une vie où Juan n’est pas toujours bien traité par des personnages autres sa maîtresse d’origine et Velasquez. Elle donne de très nombreuses informations sur l’art de peindre de Velequez.

 Cet ouvrage de littérature de jeunesse a été très largement primé aux USA et en France. L’auteure dans son avant-propos situe bien l’époque historique portée par la première partie de l’ouvrage :

« La première moitié du XVIIe siècle est encore tout illuminée de l’éclat de noms qui symbolisent plus que tous autres le courage, l’art, la science et la gloire. C’est l’époque de la maturité de Shakespeare, celle de Richelieu, de sir Walter Raleigh et du Don Quichotte de Cervantes. C’est l’époque de Descartes et de Spinoza, celle des premiers tsars Romanov et de saint Vincent de Paul. Rembrandt, Rubens et Van Dyck peignent alors aux Pays-Bas ; Galilée, Newton et Harvey commencent d’élaborer les connaissances scientifiques qui vont bouleverser notre conception du monde matériel. Corneille, Racine et Molière écrivent en France et Louis XIV est sur le point de monter sur le trône. En Espagne, le peintre de la cour est alors Diego Rodriguez de Silva y Vélasquez. À ses côtés, toujours prêt à lui tendre ses pinceaux ou à moudre ses couleurs, se trouve un esclave noir, Juan de Pareja ». (page 7)

Accessible jeunesse Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 534 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Antiquité :