Ecrire un avis

La malédiction du roi

La malédiction du roi
Hugo480 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Tous les chemins ne mènent pas à Rome"

Le personnage principal de "La malédiction du roi", à savoir Margaret Plantagenêt, devenue Margaret Pole par mariage, apparaît dans la pièce "Richard III" de William Shakespeare. Elle appartient à la famille d’York qui perd le trône au profit des Lancastre qui prennent définitivement le dessus sur les premiers avec le couronnement d’Henri VII en 1485.C’est la petite-fille du comte de Warwick Richard Neville surnommé "Le faiseur de roi" car il passe d'un camp à l'autre durant le conflit de la Guerre des deux roses.  En 1509 Henri VII meurt et c’est son fils le fameux Henri VIII qui monte sur le trône.

Margaret Pole a une vie agitée, elle est née en 1473 et a épousé Sir Richard Pole ; elle est passée dans l’histoire plutôt sous le nom de huitième comtesse de Salisbury. Le prince Arthur, fils aîné d’Henri VII, voit son éducation confiée pour partie au couple Pole. Le Prince Arthur a épousé Catherine d’Aragon en 1501, Margaret Pole devient une très proche amie d’elle dès le début de son arrivée en Angleterre. Catherine d’Aragon devient veuve six mois plus tard et se marie sept ans plus tard avec le tout nouveau roi d’Angleterre Henri VIII, frère cadet du Prince Arthur.  

Margaret Pole reste dans l’entourage de Catherine d’Aragon, allant jusqu’à porter le titre de "première dame de compagnie de la reine". En 1520, la comtesse de Salisbury a été nommée gouvernante de Marie, la fille des souverains. Lorsqu’en 1527 le roi toujours privé d'héritier mâle légitime tente d’obtenir l’annulation de son mariage, Margaret Pole se solidarise de la reine. En 1532 la reine est répudiée et meurt quatre ans plus tard. Un des fils de Margaret Pole devient cardinal et complote contre Henri VIII ; en 1538 la comtesse de Salisbury est emprisonnée pour trahison et elle est exécutée trois ans plus tard. Son catholicisme fervent lui valut d’être  béatifiée en 1886 par Léon XIII.

Dans la série "Les Tudors", le personnage de Lady Salisbury est interprété par Kate O’Toole. Le récit de "La malédiction du roi" est l’occasion de revisiter la fin du règne d’Henri VII et quasiment tout celui d’Henri VIII sous l’angle des actions de Margaret Pole. "La malédiction du roi" est le troisième d’une série qui arpente l’histoire des souverains anglais qui régnèrent à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance. Chronologiquement, on trouve "La fille du faiseur de roi", "La princesse blanche" puis "La malédiction du roi".  Anne Neville et Elisabeth Woodville, épouse d’Henri VII, étaient les héroïnes des deux premiers romans.  

"La malédiction du roi" mêle habilement faits historiques et dimension fictionnelle afin de nous permettre d’approcher la psychologie des personnages. Le récit court de 1499 année du mariage de l’héroïne jusqu’en 1541 année de sa mort. On apprécie les trois arbres généalogiques qui nous mènent d’Édouard III (né en  1312) père des deux enfants qui vont donner naissance à la rivalité entre les Lancastre et les York, jusqu’aux enfants d’Henri VIII en passant par les frères et sœurs du prince Arthur.  Une carte des environs de Londres et une autre de la Grande-Bretagne sont également une bonne chose.    

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 690 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :