Ecrire un avis

Enfants de la Renaissance

Enfants de la Renaissance
In fine et Château de Blois260 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Et le portrait des enfants d’Édith de Nantes ?"

Il s’agit du catalogue de l’exposition éponyme qui se tient au château de Bois du 18 mai au 1er septembre 2019. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre du 500e anniversaire de la Renaissance en région Centre-Val de Loire. Ceci renvoyant à 1519 année du début de la construction du château royal de Chambord, et de la mort de Léonard de Vinci au Clos Lucé à Amboise.

 

L’ouvrage est scindé en trois parties : Naître et grandir à la Renaissance, Naître et grandir à la Cour, Catalogue. Est perceptible une certaine évolution de l’éducation entre la fin du Moyen Âge et la fin du XVe au début du XVIIe siècle chez les classes dirigeantes, les seules sur lesquelles on dispose de documents iconographiques.

 

Il semble que les parents deviennent plus sensibles au décès d’un enfant et s’attachent à donner un bagage culturel à leur progéniture, y compris aux filles. Le temps de l’enfance est approché comme ne devant être la reproduction quasi similaire de la vie d’adultes.  Un certain contrôle de naissances paraît se mettre en place progressivement.

 

Les points successifs de réflexion sont : L’enfant dans la famille, Conjurer la mort, La petite enfance à la Renaissance, Nourrir et instituer l’enfant, Vêtir l’enfant à la Renaissance, Naître à la Renaissance, Les enfants des guerres de religion, Naître et grandir à la cour de France 1483-1610, La raison d’État et les princes enfants, Les enfants au cœur des rituels : baptêmes et funérailles à la Cour, Une architecture enjouée : les enfants royaux à Blois, L’éducation militaire et chevaleresque des garçons, L’école des Filles de France, Écrivez-moi. Peindre les enfants royaux.

 

Ceux qui connaissent les enfants d’aujourd’hui ne s’étonneront pas de ces deux phrases : « Les enfants n’étaient pas au sein des foules coupables d’actes iconoclastes et sacrilèges dans les espaces sacrés. Certains participaient même à des profanations et des mutilations de cadavres et à pléthore d’autres exactions » (page 83).

 

Il faut aller page 247, sans que cela ne soit signaler, pour comprendre que le portrait, en pleine page, de l’enfant est celui du futur Henri IV. Page 248, on a un portrait de Charles d’Angoulême, sixième enfant de François Ier, de la main de Jean Clouet. Ce dernier a aussi réalisé un portrait de François II, à la santé très fragile, mort à seize ans ; il est reproduit page 240.    

 

Les  illustrations occupent les deux-tiers de l’ouvrage, les documents proposés comportent de nombreux tableaux et objets provenant de divers musées français et étrangers.

idé cadeau

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 252 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :