Ecrire un avis

À la conquête du Sahara marocain : Deux siècles de convoitises étrangères

À la conquête du Sahara marocain : Deux siècles de convoitises étrangères
Casa-Express éditions200 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Justifier la Marche verte de novembre 1975 et même un peu plus"

Dans la préface, sans développer, on mentionne le rôle paradoxal de Lyautey ; c'est en effet à ce dernier qu'on doit une avancée française vers Colomb-Béchar en 1903 ; celle-ci restreint la surface d'un Maroc dont il allait se faire le chantre une dizaine d'années plus tard. Il faudra d’ailleurs attendre 1913 pour la reddition de Djanet et 1934 pour l'occupation de Tindouf . Les limites du protectorat français sur le Maroc et des possessions espagnoles du Sahara sont fixées juste avant la Grande Guerre (en 1900 pour un secteur et 1904 pour un autre, avec confirmation lors de l’installation du protectorat au Maroc). Toutefois ce n’est qu’en 1934 que les frontières entre le Maroc, la Mauritanie et le Sahara occidental (appartenant à Madrid).

Photographie absente du livre

Historiquement on sait que les Almoravides au du milieu du XIe au milieu du XIIe siècle dominent un espace géographique allant de l’Andalousie et d’Alger jusqu’à la hauteur d’une Nouakchott qui n’existe pas encore. La dynastie mérinide n’étend que marginalement son autorité sur le futur territoire du Sahara occidental ; par contre la dynastie saadienne fait la conquête de Tombouctou à la fin du XVIe siècle et les souverains alaouites (la dynastie qui gouverne toujours le Maroc) tiennent la ville jusqu’en 1760. On est d'ailleurs surpris de lire dans cet ouvrage que les Marocains se maintiennent dans cette dernière ville jusqu'au début de la colonisation de celle-ci.

Le titre est histotiquement pertinent puisque l'on parle de "conquête" et on voit bien comment les divers explorateurs préparent l'arrivée des forces françaises. Il est évident que jusqu’à l’époque coloniale l’idée de frontière est complètement anachronique en Afrique et on s’approche plutôt de relations de vassalité qui se traduisent par quelque chose proche d’un tribut ou d’une allégeance d’un chef de tribu. La confrérie Tijaniya, qui est influente dans les régions sahariennes et en Afrique de l’Ouest, semble jouer un rôle que le lecteur a du mal à évaluer vu les messages contradictoires envoyés par le texte.La ville de Fès renferme le mausolée du fondateur de cette confrérie à savoir Ahmed Tijani, cette marocanité d'un lieu saint de la confrérie sert-il d'argument, si c'est le cas il est douteux.

C’est sur ces relations existantes à toute époque antérieure à l’occupation du Maroc par la France et sur une recherche quasi encyclopédique des avancées de la France et de l’Espagne (par les explorateurs, la diplomatie et l’armée) que les auteurs revendiquent non seulement une marocanité de l’ancien Sahara espagnol mais aussi de la partie occidentale du Sahara aujourd’hui algérien. Il est vrai que les dirigeants du FLN et Ben Bella en particulier se disaient ouverts sur des discussions frontalières avec le Maroc, mais dès 1963 ils montrèrent qu’ils entendaient bien n’en rien faire. Par ailleurs on sait qu’ils s’opposèrent à l’intégration du Sahara ex-espagnol dans le Maroc.

Photographie absente du livre

On se réjouit du nombre important de cartes et on pleure devant la qualité de reproduction de certaines. La plus intéressante carte, à lire avec une loupe comme quasiment toutes celles présentées, est sûrement celle du XVe au XIXe siècle des forts espagnols et portugais sur un espace allant de Mélilla à Santa Cruz de Mar Pequeña (espace situé sur le continent en face des îles Canaries). Comme l’argumentaire repose en partie sur ces cartes tirées des archives françaises, les présenter de façon illisible (même avec une loupe) nuit beaucoup à la portée du message. On aurait gagné à en donner moins mais à en présenter des parlantes au lecteur.  

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 631 avis déposés - lecteur régulier

631 critiques
16/05/17
Leila Aïchi candidate de La République en marche à la 9e circonscription des Français de l’étranger, est connue pour ses positions pro-Polisario
http://fr.le360.ma/politique/france-un-candidat-du-parti-les-republicains-se-positionne-contre-la-pro-polisario-leila-aichi-119253
631 critiques
18/05/17
La pro-Polisario Leila Aïchi retirée de la liste définitive des candidats Macron
http://m.le360.ma/politique/la-pro-polisario-leila-aichi-retiree-de-la-liste-definitive-des-candidats-macron-119595
Législatives-France: M'jid El Guerrab: "J'ai la confiance du président Macron"
http://m.le360.ma/monde/video-legislatives-france-mjid-el-guerrab-jai-la-confiance-du-president-macron-119723
631 critiques
15/11/17
Sahara occidental: comment sortir de l’impasse ?
https://www.youtube.com/watch?v=AqxpMoNzy2o
408 critiques
18/05/19
Zaynab al-Nafzawiyya, la bâtisseuse de l’empire almoravide

...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/75581/biopic-zaynab-al-nafzawiyya-batisseuse-l-empire.html
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur Le Maroc .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :