Ecrire un avis

Un ruban de rêve

Un ruban de rêve
Editions Prisma 112 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Cannes commence son cinéma"

Gonzague Saint-Bris raconte la première édition du Festival de Cannes en 1946 dans le cadre d’une collection "Incipit" qui a pour objectif de présenter un fait se déroulant lors d'une première fois. Les fans de BD reconnaîtront le style de Loustal dans le dessin de la couverture, à l’intérieur de l’ouvrage il y a deux autres illustrations du même dessinateur. Quelques pages documentaires illustrées racontent les origines du festival de Cannes ; en effet après débats, le premier festival de cinéma de Cannes était prévu pour le 1er septembre 1939 mais dès fin août Hitler avait menacé la Pologne, d’où l’interruption de l’évènement.

Gonzague Saint-Bris fait des révélations autour de ce premier festival de Cannes avorté ; on aura eu le temps de voir alors en particulier une adaptation américaine du "Quasimodo" de Victor Hugo. Après la signature le 26 mai 1946 des accords de Blum-Byrnes, le cinéma américain va pouvoir se déverser sur la France sans aucun quota. Aussi les Américains entendent être très présents à Cannes, la venue de films soviétiques fut difficile à négocier car se dessinaient déjà des tensions qui ouvraient vers la Guerre froide. Philippe Erlanger, inspecteur général au ministère de l'Éducation nationale, est comme en 1939 le chef d’orchestre de la manifestation qui ouvre en septembre 1946. Sont évoqués de façon peu développés les films projetés.

Question anecdotes, on aurait préféré en voir une ou deux explicités, plutôt que prendre connaissance, en une demi-douzaine de mots, d’un fait non contextualisé. Ainsi au sujet du « maître d’hôtel qui a refusé l’entrée d’une réception à un ministre en exercice », aurait-on aimé savoir au moins le nom du ministre en question. Une chose est sûre au moins, il ne s’agit pas de François Mitterrand qui ne commence qu’en 1947 une carrière ministérielle et qui ouvrira en 1949 le festival car assurant un des quatre Secrétariats d'État à la présidence du Conseil. On est là en face d’un ouvrage peu dense qui a le mérite de très bien vulgariser un évènement majeur de la culture française.        

Pour tous publics Quelques illustrations

Alexandre

Note globale :

Par - 369 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Du même auteur :
> Dans la catégorie Guerre froide :