Ecrire un avis

Au revoir là-haut

Au revoir là-haut
Albin Michel567 pages
2 critiques de lecteurs

Avis de Enguerrant : "formidable!"

Ce roman m'a tenu en haleine du début à la fin. On est tout de suite happé par la puissance d'évocation des combats de novembre 1918. Ensuite, le rythme du roman, la qualité de l'écriture, et les portraits réussis (tous les personnages sont attachants) m'ont faire dévorer le livre.
J'ai particulièrement apprécié la description précise et très convaincante des escroqueries qui se trouvent au coeur du propos. D'autre part les passages livrant les pensées et cheminements intellectuels des uns et des autres rendent les personnages très vivants et vraisemblables.
Le roman vaut enfin pour l'évocation très réussie de cette France d'immédiat après-guerre.
Merci Pierre Lemaître pour ce grand roman !

Pour tous publics Aucune illustration Plan chronologique

Note globale :

Par - 2 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Avis de Octave : "Trafics sous les Années folles"

Nous voici en face d’un ouvrage qui démarre début novembre 1918, alors que l’on parle d’armistice. La combativité est faible parmi les hommes du lieutenant Aulnay-Pradelle, caricature de l’officier noble bravache. Ce dernier invente une idée diabolique pour obtenir une nouvelle attaque efficace.

Vont être involontairement mêlés aux conséquences de cette attaque, deux poilus. Blessés à des niveaux différents (l’un devient une gueule cassée), ils vont se retrouver après guerre dans une grande détresse financière. Aussi vont-ils se lancer dans une escroquerie sur les monuments aux morts alors que de son côté le lieutenant Aulnay-Pradelle trafique sur les réinhumations des poilus enterrés dans des lieux provisoires. Il emploie d’ailleurs pour rassembler les corps dans les nécropoles nationales quelques ouvriers chinois ; nous avions parlé de ces derniers dans notre compte-rendu de Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale.

Ce n’est pas seulement après la guerre que l’on s’enrichit sur le dos des poilus et Jean Echenoz dans son ouvrage 14 montrait une entreprise nantaise livrer aux soldats français durant le conflit des chaussures en trichant sur la qualité. Au revoir là-haut est un ouvrage qui propose de nombreuses pages, toutefois sa lecture est très fluide et il est possible de survoler certains chapitres qui ne présentent pas une étape clé du récit.

Octave

Note globale :

Par - 438 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :