Ecrire un avis

La Cellule Prométhée. 1, L’escouade 126

La Cellule Prométhée. 1, L’escouade 126
Glénat48 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "La débandade de l’escouade"

Cet ouvrage a globalement été bien salué par la presse spécialisé en BD, il convenait donc d’en parler afin de faire quelques remarques. Il est un peu gênant de bâtir une fiction sur une idée calomnieuse de la propagande allemande la période de la Première guerre mondiale. Certes on a évité le pire en choisissant des animaux comme protagonistes. Le scénario est bâti sur le fait qu’un personnage « a ramené d’Afrique la magie primitive … Je mange mon ennemi, je mange sa force … Et tout ça au service de la patrie … Avec sa bénédiction … Ils sont devenus invincibles … Ils sont devenus les crocs de la guerre … capables d’exploit dépassant l’imagination ». Bref non pas grâce à la magie noire, mais grâce à la magie des nègres cannibales, sont créés (côté français) des compagnies telles que celles auxquels appartenaient Blaise Cendrars et le personnage fictionnel du capitaine Conan. Elles sont un peu semblables aux corps francs de l’armée allemande ; pour certaines de leurs spécificités, on se reportera à ce que nousen disons dans notre présentation des » Godillots, 2 L’Oreille coupée » d’Olier et Marko.

Le scénario égraine les massacres pour l’année 1930 où par un concours de circonstances, les survivants se retrouvent en manque de ravitaillement en chair humaine, ce qui les conduit à puiser dans leur environnement proche (y compris familial).
Un running gag autour du jeu d’un des personnages principaux à déculotter ses collègues vient ponctuellement détendre l’atmosphère :
« – Bretelles renforcées, tout en cuir avec un filament cousu dans la doublure ! IN-DES-TRUC-TI-BLE !
– Très intéressant en effet, Hugo !
– Haha, vous êtes marron, votre grâce !
– Je vous ai déjà dit de cesser de m’appeler comme ça !
– D’accord, votre immaculée blancheur !
– Et remettez donc votre pantalon, vous êtes obscène !
– Que… Ivan, dis moi que tu as vu comment il a fait ! »

Le graphisme est affreusement bien maîtrisé, c’est une qualité indiscutable du livre. Les adolescents qui adorent le gore, accessoirement les pantalons baissés et ce qui peut montrer le cynisme des adultes devraient prendre plaisir à la lecture de ce livre (et suivre cette série), par contre à décommander absolument aux moins de douze ans.

Alexandre

Note globale :

Par - 367 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Dans la catégorie Grande guerre :