Ecrire un avis

Ultra Violette

Ultra Violette
Rouergue190 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "On en connaîtra un rayon avec "Ultra Violette", une fille peut-être ultra violée par son père ..."

Les surréalistes en 1933 furent fascinés par deux ensembles de meurtrières : d’un côté les sœurs Papin qui avaient préparé leurs patronnes au Mans pour en faire des rillettes et de l’autre Violette Nozière coupable de parricide  et de tentative de matricide par empoisonnement dans le XIIe arrondissement de Paris.

« Le 9 rue de Madagascar n'est ni un lieu de culte ni un lieu de mémoire. C'est un immeuble à la façade sans prétention. Pierre de taille beige sans ornement, balcon et ferronnerie au cinquième, porte cochère en bois peint. (…) Le 9 rue de Madagascar n’est pas un lieu de mémoire, c’est un lieu de crime ». (page 13)

Violette Nozière a dix-huit ans et demi à l’époque des faits. On a l’impression que cette jeune femme vit par ses désirs et il faut avoir vécu au moins quelques jours dans les mansardes qui constituent le dernier étage des immeubles de pierre parisiens pour vraiment comprendre combien elle avait besoin de s’évader d’un univers tropical l’été et glacial l’hiver. Pourtant bonne élève à l’école primaire puisqu’elle est invitée à poursuivre des études de niveau collège, ce n’est pas par la culture qu’elle s’évade.

Elle se bâtit tout un personnage de fille à papa et pour que les étudiants, qu’elle fréquente, la croit, elle se prostitue ponctuellement. Ceci aurait pu déboucher sur un beau mariage avec un étudiant en pharmacie ou médecine si elle n’avait été séduite par un "homme affairé qui ne fait rien", un militant de l’Action française qui vit aux crochets de ses conquêtes féminines.     

« Jean, c'est Lui, c'est Celui que. Tu te sens Garbo et tu entends le baron de Geigern te rassurer: "I'd like to take you in my arms, and not let anything happen to you, ever". L'heure tourne vite dans ses bras puissants. Elle trotte bruyamment tout en exacerbant ton rapport à la Réalité. Et si, enfin, cette gueuse s'agenouillait ? Et si, au bonheur, enfin, tu croyais ? Le corps rassasié, tu voudrais te barricader dans cette chambre à la tapisserie anglaise, n'en sortir que pour t'évader en sa compagnie. Nous sommes au mois de juillet. Le mois idéal pour prendre le large, pour goûter l'océan. À n'en pas douter, quand tu fermes les yeux, tu entends déjà piauler les mouettes ».  (pages 111-112)

 

Si à l’époque l’affaire fit beaucoup de bruit, elle est un sujet fictionnel récurrent au cinéma et dans les romans et le contenu de son procès est source de d’études sous divers angles. Pour qui ne connaît que vaguement, le livre de Raphaëlle Riol est éclairant tant pour l’affaire que pour l’atmosphère de l’époque (y compris les vedettes qui font certainement rêver notre jeune fille), et pour ceux qui ne sont pas des béotiens sur le sujet, il apporte des informations intéressantes et donne une approche renouvelée des principaux protagonistes.

La première partie de l’ouvrage est un monologue que la narratrice tient à Violette dans les lieux phares où elle a vécu. La seconde partie interroge le lecteur et invite à deviner avec la narratrice à deviner qui attend Violette Leduc à sa sortie de prison en août 1945 à Rennes. Cela permet d’approfondir le portrait de beaucoup de ceux qui connaissaient celle-ci avant les faits ou firent sa connaissance en prison.       

On apprécie la demi-douzaine de photographies et en particulier celle qui refit surface tardivement où on voit Violette toute nue et levant cuisse et jambe gauches ainsi que jambe droite le tout sur une table avec une nappe blanche (et une rapide recherche sur google image nous montre qu’on possède au moins deux photos érotiques d’elle). La romancière s’interroge et fantasme, disant ne sachant s’il faut voir là une photographie coquine ou une invitation à participer à une orgie qui va suivre.    

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 679 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :