Ecrire un avis

La Guerre des Bush

La Guerre des Bush
Plon250 pages
1 critique de lecteur

Avis de Kingsale : "sale temps pour le champion de la démocratie"

Eric Laurent est un journaliste d'investigation qui a travaillé avec Jean-Jacques Servan-Schreiber, Marek Halter et Pierre Salinger, entre autres. Il dispose d'un réseau de contacts impressionnant et a interviewé les plus grands à l'époque où il travaillait pour le Figaro Magazine. Sur les Bush, il a publié deux livres : La Guerre des Bush et La Face cachée du 11 septembre. Ce qu'il met en évidence, ce sont les connivences entre les Bush et la famille Bin Laden, et les mensonges d'État qui se sont succédés après le 11 septembre et ont abouti à la guerre d'Irak.

Pour lui, le ver était dans le fruit dès l'origine de la dynastie Bush. Il rappelle en effet les liens nombreux entre Prescott Bush et le régime nazi à travers la banque dont il était associé, Brown Brothers Harriman (p. 17-21). Son fils George, nommé en 1976 à la tête de la CIA, entre en affaires pour des ventes d'avions avec une société du Saoudien Khalid Bin Mahfouz, le banquier qui participe à la BCCI, la plus importante entreprise criminelle en matière de banque, principalement chargée du blanchiment de l'argent de la drogue, mais aussi de financer Ben Laden (p. 30-32). L'enquête qui aura lieu en 1992, menée par John Kerry, montrera que plusieurs organismes fédéraux  étaient liés au dossier.

En 1979, George W (fils de George) fonde une société pétrolière, Arbusto Energy (jeu de mots sur le nom des Bush), qui ira d'échecs en échecs, sera plusieurs fois rachetée puis, sous le nom d'Harken Corp, renflouée par la BCCI en 1987, pour finir par toucher le jackpot en 1990 : une concession pétrolière au large de Bahrein octroyée dans des conditions qui relèvent du trafic d'influence (le premier ministre de ce pays était lui aussi actionnaire de la BCCI). Cette annonce provoque une flambée du titre Harken et G.W. Bush en profite pour vendre et encaisser une belle plus-value, quelques jours avant l'annonce de pertes historiques qui lui feront perdre les trois quarts de sa valeur (p. 35-42).

A propos de l'Irak, Eric Laurent nous rappelle un fait qui, mis en perspective, nous laisse pantois : avant de devenir l'ennemi public numéro un, Saddam Hussein avait obtenu l'appui des USA dans sa guerre contre l'Iran en 1982. C'est à cette occasion qu'ils livrent une vraie arme de destruction massive : des hélicoptères Bell équipés pour le traitement des récoltes, sans doute parce qu'ils croyaient  que blé et maïs poussaient à foison  sur le sol irakien ! Ils seront vite transformés par le fameux Ali le Chimique en instruments de génocide des Kurdes et autres opposants (p. 48). En 1983-84, Ronald Reagan et son vice-président George Bush envoient un émissaire auprès de Saddam Hussein. Il s'agit de Donald Rumsfeld, le futur secrétaire à la Défense de G.W., qui va se déclarer fier de la reprise des relations avec l'Irak (p. 50) ! George Bush fait accorder en 1984 un prêt à l'Irak par l'Ex-Im Bank (p. 51-52). De nombreux autres suivront, jusqu'à la veille de la première guerre d'Irak. Les fonds alloués en principe pour des achats de denrées agricoles seront systématiquement détournés en achats de matériels militaires et de haute technologie. Pire, une enquête sénatoriale de 1992 révèle que de nombreuses souches d'armes bactériologiques ont été envoyées de 1985 à 1989 (p. 65-66). Est-ce cela la source de l'inquiétude des Américains en 2002 ?

Goerge W est élu gouverneur du Texas en 1994. Il joue aussitôt à "par ici la bonne soupe" et les petits arrangements entre amis sont la règle (p. 74-78). Ils dépassent le cadre du Texas avec les liens entre Bush père et fils et le sulfureux groupe Carlyle (p. 78-88) dirigé par Franck Carlucci. Ce groupe a parmi ses principaux actionnaires la famille Bin Laden, que Bush père et James Baker visitent à plusieurs reprises. L'affaire tourne au scandale après le 11 septembre et les Bin Laden sont forcés d'annoncer qu'ils se sont retirés du groupe Carlyle, mais Eric Laurent a des doutes à ce sujet.

La suite de l'histoire est plus classique et contient moins de révélations. C'est d'abord le rôle du prince Bandar, ambassadeur séoudien, dont la femme finance les terroristes (p. 112-114). C'est ensuite ce tour de passe-passe qui fait désigner Ben Laden comme le coupable, puis Saddam Hussein comme l'homme à abattre bien qu'il soit blanc comme neige pour le 11 septembre. On fait appel pour cela aux deux idéologues du pouvoir, Paul Wolfowitz et Richard Perle. Les va-t-en-guerre sont menés par le vice-président Dick Cheney (ancien patron d'Halliburton, la société qui recevra d'énormes contrats en Irak) et Donald Rumsfeld, celui-là même qui se félicitait sous Reagan des bonnes relations avec Saddam Hussein. Il est clair que l'équipe Bush reproche au père du président d'avoir fait le travail à moitié et veut l'achever. D'où la fable des armes de destruction massives opportunément étayée par des rapports du cabinet de Tony Blair (1), que Colin Powell défend avec peine devant l'ONU face à Dominique de Villepin. Le livre s'arrête à la veille de l'entrée en guerre des USA en 2003.

Parmi les motifs invoqués par l'équipe Bush, l'élimination de Saddam Hussein permettra d'établir la démocratie en Irak, avec un effet de contagion attendu aux pays arabes (p. 160). On ne peut pas penser un seul instant qu'ils croient à ce qu'ils disent, mais c'est un motif bien propre à plaire au peuple américain. La suite les démentira de la façon la plus claire. En attendant, c'est aux USA que la démocratie en a pris un coup.

 

(1) Le Britannique David Kelly, inspecteur de l'ONU en Irak, a informé la BBC des affabulations de Downing Street, et l'a sans doute payé de sa vie. A propos du soutien de Tony Blair à G.W. Bush, voir ou revoir ce chef d'œuvre de Roman Polanski, The Ghost Writer.

Pour tous publics Aucune illustration Plan chronologique

Note globale :

Par - 12 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Contemporain :