Ecrire un avis

Histoire de la Franche-Comté

Histoire de la Franche-Comté
La Geste493 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "La Franche-Comté plus grande par sa réputation que par son étendue"

Comme le rappelle le début de l’ouvrage, la Franche-Comté historique c’est quasiment l’addition des trois départements qui suivent : la Haute-Saône, le Doubs et le Jura. Notons l’absence du Territoire de Belfort, aujourd’hui intégré dans la nouvelle région ayant capitale régionale, car partie prenante de la défunte région de Franche-Comté. En effet la ville de Belfort et sa région sont historiquement alsaciennes et le Territoire de Belfort s’appela jusqu’en 1919 le Haut-Rhin resté français. On est donc très étonné de trouver en première page de couverture le Lion de Belfort qui renvoie à une ville dont l’auteur ne dit pas un mot et à une guerre qui n’est pas évoquée dans ce récit historique.  

 

La Franche-Comté est, du temps des Gaulois, le territoire des Séquanes et on sait que c’est après avoir traversé cet espace que les Helvètes se heurtèrent aux Éduens et aux légionnaires de César. L’auteure s’abstient heureusement de reprendre les revendications de certains villages francs-comtois (comme Alaise dans le Doubs et Chaux-des-Crotenay commune française située dans le département du Jura ) d’avoir vu sur leur sol se dérouler la bataille d’Alésia.

 

Les historiens restent indécis au sujet des diverses origines de cette appellation de Franche-Comté. Au début du XIe siècle, l’empereur Conrad se fit couronner roi de Bourgogne, titre qu’il a transmis à son fils Henri. La Comté de Bourgogne passait sous la suzeraineté des empereurs du saint empire romain germanique mais en étant exempte d’impôts envers eux, d’où le qualificatif de "franche" (page 136). Tant par les armées de Louis XI que celles de Louis XVI, cette province fut largement ravagée, c’est le premier qui pour essayer de flatter sa population remis en l’honneur le nom de Franche-Comté.   

 

Du partage de l’empire carolingien au Traité de Verdun jusqu’à la conquête définitive de la province par les troupes de Louis XIV, la Franche-Comté est tournée vers l’espace germanique, même si elle a toujours été francophone. En fait même la Franche-Comté était gouvernée à partir de Bruxelles et non de Madrid, à l’époque où elle tombe entre les mains des Habsbourg d’Espagne. Sa capitale est Dôle et non Besançon qui a un statut de ville impériale, cette dernière n’a donc jamais été une "vieille ville espagnole" comme l’écrivait malicieusement Victor Hugo dans Ce siècle avait deux ans.

 

L’ouvrage comprend cinq  chapitres qui nous permettent de bien connaître l’histoire de cette région depuis l’époque celte jusqu’au Premier Empire, l’ouvrage a été en effet écrit par Eugène Rougebief, natif d’Arbois en 1816. Son regard critique sur les sources est exceptionnel pour son époque. Le livre  est largement illustré mais certains clichés sont de petite taille, ils ont été choisis à notre époque par Brigitte Rochelandet. Le nom de cette dernière apparaît sur la couverture du livre, comme seule auteure, ce qui ne manque pas de surprendre puiqu'on l'a vu, elle n'est pas la rédactrice du récit historique présent.

 

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 264 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :