Ecrire un avis

Oberkampf, un grand patron au siècle des Lumières : l'inventeur de la toile de Jouy

Oberkampf, un grand patron au siècle des Lumières : l'inventeur de la toile de Jouy
Aubier 408 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Tout va bien, signé Canrobert"

Serge Chassagne a été directeur du Musée national de l’éducation, situé à Rouen,  il a écrit un certain nombre d’ouvrages en rapport avec l’enseignement ou qui racontent comment certains manufacturiers ont développé l’industrie française au XVIIIe siècle ou dans la première partie du XIXe siècle. Le personnage Christophe-Philippe Oberkampf, dont il nous conte ici la vie, est d’ailleurs le père d’Émilie Oberkampf, qui fut une des pionnières de ce qui est aujourd’hui l’école maternelle, défendant l’autonomie et les spécificités des asiles pour enfants face à Guizot qui entendait  promouvoir un modèle unique d’instruction pour les jeunes des classes populaires.

"Oberkampf un grand patron au siècle des Lumières" permet de voir que c’est non Colbert (mort en 1683) mais Louvois qui interdit en 1686 à la fois l’importation des toiles peintes aux Indes, mais aussi leur fabrication en France ; il s’agissait là de protéger les manufacturiers de soie et de laine. Toutefois au milieu du XVIIIe siècle, les intendants peuvent autoriser l’impression des toiles et c’est par exemple le cas pour les généralités de Tours et de Rouen. En 1759 la liberté d’impression est accordée dans tout le royaume, la marche vers le modèle économique libéral est en bonne voie.   

Cet ouvrage, paru dans une première version en 1981, est réédité pour le bicentenaire de la mort du personnage étudié. Il suit la vie et les entreprises de Christophe-Philippe Oberkampf, dressant le portrait d’un industriel d’origine protestante (il est né dans un village aujourd’hui dans le Bade-Wurtemberg, non loin de la Bavière) paternaliste avec ses ouvriers et innovateur dans le domaine des techniques.

« Irremplaçable témoin de la transition entre la protofabrique et l’usine mécanisée, Oberkampf l’est également de la qualité des entrepreneurs français au temps de la première industrialisation ». (page 300)

Au départ Tavannes puis Sarrasin de Maraise fournissent le capital nécessaire à l'entreprise. Devenue manufacture royale en 1783, l’entreprise de Christophe-Philippe Oberkampf souffre plus des années du Consulat et de l’Empire que de celles de la Révolution. La manufacture ferme momentanément durant l'invasion des armées coalisées contre l'Empereur.  En bon patriote il a aidé financièrement les gouvernements révolutionnaires faisant face aux menées contre-révolutionnaires et aux armées étrangères et Napoléon Ier lui avait décerné la légion d’honneur en 1806. L'ouvrage propose de nombreuses illustrations avec une jolie esthétique. 

Oberkampf est enterré dans le jardin de sa maison devenue aujourd'hui le conservatoire de Musique de la commune de Jouy-en-Josas, alors que le musée de la toile de Jouy est installé depuis 1991 toujours dans cette même commune (au sud de Versailles) dans le château de l'Églantine qui fut la propriété du maréchal de Canrobert (un des derniers parlementaires bonapartistes sous la IIIe république). Il est à noter que "Trois petits enfants bleus" de Geneviève de Fauconnier (réédité chez le Croît vif) est un roman au contenu assez proche de celui de "Vipère au poing" d’Hervé Bazin ; trois petits enfants bleus d'une toile de Jouy sur le mur d'une chambre servent régulièrement de support à l’imagination de deux enfants malheureux face à la sévérité de leur tante Radegonde.

 "Tout va bien, signé Canrobert" est une expression qui signifie que l’on masque les grandes difficultés rencontrées, ce que fit systématiquement auprès de Napoléon III le général Canrobert lors de la Guerre de Crimée.

Pour connaisseurs Plan chronologique

Adam Craponne

Note globale :

Par - 688 avis déposés - lecteur régulier

688 critiques
28/03/15
Samedi 19 septembre 2015 à 14/17H
Vraies et fausses toiles de Jouy
Musée de la Toile de Jouy

Samedi 19 septembre 2015 à 18H30
Christophe -Philippe Oberkampf, (1738-1815) un industriel protestant
par Aziza Gril-Mariotte
Temple de Jouy-en-Josas
688 critiques
21/04/15
Exposition "Toile de Jouy, Regards contemporains" Campus HEC à Jouy-en-Josas
5 mai - 24 juillet 2015

Pour cette exposition, une vingtaine d’artistes n’utilisant pas comme matériau habituel la toile de Jouy ont été invités à concevoir de nouvelles propositions artistiques. Selon leurs pratiques, ils réinterprètent les notions de Manufacture, de travail manuel et de travail collectif, toutes en rapport avec la toile de Jouy, et ce dans les médiums les plus variés : écriture, crochet, broderie, peinture, sérigraphie, photographie, vidéo, sculpture, dessin, installation…
493 critiques
27/05/15
Oberkampf : la toile de Jouy a son musée et son grand homme

http://www.tourmag.com/Oberkampf-la-toile-de-Jouy-a-son-musee-et-son-grand-homme_a74140.html
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Histoire des arts :