Ecrire un avis

Jacques Prévert: Non à l’ordre établi

Jacques Prévert: Non à l’ordre établi
Actes sud junior85 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Ni chair à canon, ni chair à patron"

Si Victor Hugo et Jean de La Fontaine furent les stars de la poésie de l’enseignement primaire durant la IIIe république, on peut dire qu’aujourd’hui Jacques Prévert tient la pôle position à l’école élémentaire française. Le film Le Petit Soldat est souvent visionné dans les classes. Par ailleurs trois-cent-quatre-vingt-dix-sept écoles dans l’hexagone portent le nom de Jacques Prévert.

On a huit moments de la vie de Jacques Prévert qui nous sont exposés. Ce dernier est né en 1900 et la première focalisation nous amène en 1916 à Paris au Bon Marché où notre personnage est vendeur. On revient en 1911 avec un repas de famille chez le grand-père de Jacques Prévert. En 1921, ce dernier est soldat à Constantinople au 66e régiment d’infanterie, en temps normal caserné à Tours mais à cette époque les conséquentes du Traité de Sèvres font que les deux rives du Bosphore sont devenues une zone occupée par les Français et les Anglais.

En 1925, Jacques Prvert est à Paris et fréquente en particulier Desnos et Breton ; ils jouent au cadavre exquis. Dix ans plus tard, notre poète fait partie du groupe Octobre et va provoquer les élèves-officiers de Saint-Cyr-l’École, à la grande joie de Marcel Cachin qui lui propose d’adhérer au PCF. Jacques Prévert décline cette offre, en lui disant qu’il n’entend pas être mis en cellule.  

En 1939, on suit le tournage du film Le jour se lève. Quatre ans plus tard, on revient à Paris mais dans une capitale occupée où Mouloudji et Jacques Prévert font dans le trafic de faux papiers pour le compte de la Résistance. En 1951 on est transporté dans un cabaret parisien. L’épilogue nous amène en 1968 toujours dans la capitale. L’objectif est de nous montrer un Jacques Prévert qui serait séduit par les idées anarchistes, antimilitaristes, anticléricales et anticonformistes. Des pages documentaires, non illustrées, évoque divers artistes (chanteurs, humoristes, dessinateurs de presse) qui ont tenu des discours satiriques sur leur société.

Accessible jeunesse Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 395 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Du même auteur :
> Dans la catégorie Histoire des arts :