Ecrire un avis

Mort à Venise de Luchino Visconti

Mort à Venise de Luchino Visconti
Éditions universitaires de Dijon95 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "De quoi l’épidémie est-elle le signe dans le scénario de ce film ?"

L’ouvrage commence par présenter Luchino Visconti qui fut à la fois « aristocrate, homosexuel et communiste ». Le long-métrage Mort à Venise (1971)  est l’adaptation d’une nouvelle de Thomas Mann, rédigée en 1911. Luchino Visconti expliqua ses motivations : « Ce qui m’a attiré, c’est le thème du conflit entre l’art et la vie, c’est-à-dire l’opposition entre l’artiste, ses aspirations esthétiques, et la vie quotidienne, entre le fait qu’il soit en apparence au-dessus de l’histoire et sa participation à la condition historique » (page 20).

Après cette introduction, se succèdent deux parties comprenant chacune trois chapitres. Ce sont respectivement "Des expériences devenues présages" avec "Venise", "Nourriture empoisonnée", "Souillure du désir" ainsi que de "S’éveiller du sommeil de la Mort" section composée de "Les échelons de la mémoire", "Garder le secret" et "Le masque mortuaire".  

De la conclusion, on retiendra particulièrement :

« Certains auteurs font correspondre les épidémies aux révoltes populaires et inscrivent dans le désordre provoqué par les premières les causes des deuxièmes, en naturalisant ainsi les revendications politiques du peuple » (page 78).

« À partir de ces considérations, et sans oublier qu’il a été tourné en 1971, c’est-à-dire après les évènements de 1968, il ne nous semble pas inapproprié d’affirmer que Mort à Venise est un film sur le capitalisme et la massification de la culture, dont il dénonce les dérivez sociales, politiques et scientifiques » (page 85).       

Pour connaisseurs Aucune illustration

Ernest

Note globale :

Par - 237 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Histoire des arts :