Ecrire un avis

Thot : pensée et pouvoir en Égypte pharaonique

Thot : pensée et pouvoir en Égypte pharaonique
L'Harmattan275 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Un petit blanc avant de lire une histoire de pharaon blanc et un petit noir en cas de pharaon noir"

La première vignette de l’album pour les jeunes "Cléo la petite pharaonne, 1"évoque Thot et une note précise que c'est le dieu du savoir. Avec "Thot : pensée et pouvoir en Égypte pharaonique" on joue dans la catégorie opposée de lecteurs potentiels. Peu illustré, surabondant en informations, ce livre présente une thèse à ne pas prendre comme une vérité sinon de l’Évangile, du moins du "Livre pour sortir au jour" (autre nom pour "Le Livre des morts des Anciens Égyptiens") attribué de façon évidemment anachronique à Thot.

Bref en marge de l’histoire universitaire consensuelle, bien que son auteur Ferran Iniesta soit professeur des universités à Barcelone, cet ouvrage pose de nouvelles questions, porte un regard nouveau sur d’autres.

Dans son introduction, l’auteur commence déjà à nous surprendre en nous disant que le christianisme a emprunté à la religion ancienne égyptienne la transsubstantion du vin et du pain ainsi que le Dieu dans trois dimensions (pour les croyants en Jésus, à savoir le père, le fils et le Saint-esprit).

Ailleurs Ferran Iniesta avance que pour lui, comme pour Hérodote qu’il cite « (les Égyptiens) aux cheveux crépus et noirs de peau », les constructeurs de pyramide étaient des nègres. Ceci va consolider ceux qui défendent les idées développées par Cheik Anta Diop, pour y retrouver une fierté des origines, pas toujours exemptes de racisme anti-blanc. On pourrait peut-être opposer à cela que les têtes des pharaons représentées dans l’Égypte antique, n’ont pas spécialement des traits négroïde. De plus on a quand même dans l’histoire officielle su distinguer une dynastie, celle des Koushites (la XXVe) comme celle des pharaons noirs, se différenciant bien du peuple égyptien qu’elle dominait . Pour bien poser sa thèse, Ferran Inesta a intitulé un de ses chapitres "Kémir. Le pays de Cham. L’Afrique noire dans la Méditerranée".

Dans les autres chapitres, l’auteur s’attache d’abord à montrer quelle était la vie quotidienne au bord du Nil au IVe millénaire, et à présenter le panthéon des dieux égyptiens. Comme il parle de peuple égyptien noir, il faut quand même arriver, sinon Zorro avec son cheval lui bien noir, du moins des populations blanches à un moment de l’Histoire. Ce serait les Hébreux qui seraient les premiers, et la présentation de Joseph dans la "Bible" en serait un des indices. D’autres peuples nomades, venus d’Asie, leur succèdent et donnent une coloration blanche au peuple égyptien.

Réservé aux spécialistes Peu d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 703 avis déposés - lecteur régulier

551 critiques
03/04/15
" Au fond d'un trou de 3 m de profondeur, sept statues monumentales de pharaons noirs apparaissent sous la truelle de l'archéologue. Ces pharaons ont régné sur l'Egypte et le Soudan durant un siècle, de 750 à 650 ans avant J.-C".

http://www.rts.ch/espace-2/programmes/le-grand-entretien/4833696-le-grand-entretien-du-03-05-2013.html#4833695
551 critiques
03/04/15

"En janvier 2003, au Soudan, une équipe d'archéologues découvrent sept statues monumentales de deux pharaons noirs dans une cachette à trois mètres sous terre".

Emission du 03/04 à 14h

http://www.rtbf.be/lapremiere/emissions_un-jour-dans-l-histoire?programId=5936
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :