Ecrire un avis

Anne de Joyeuse

Anne de Joyeuse
Créer287 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Anne de Joyeuse un nom prédestiné pour devenir un mignon d’Henri III"

Dans sa préface, Élise Fontenaille évoque un tableau dont il était fait la reproduction dans un manuel de français très en vogue dans les années 1950 à 1970, à savoir celui consacré à la littérature française au XVIe siècle par les inoubliables Lagarde et Michard. On aurait bien aimé découvrir l’ensemble de l’œuvre, même si, en page de couverture, d’avoir un extrait centré sur le personnage central de ce récit et sur son épouse ne manque pas d’intérêt.

Anne de Joyeuse, né en 1560 et mort en 1587, était l’aîné ; il eut un frère maréchal de France et un autre cardinal ; lui-même fut fait amiral, mais certainement plus pour avoir navigué dans les eaux troubles des Guerres de religion que pour avoir mis les pieds sur un navire. Le père d’Anne était destiné à devenir évêque d’Alet à la mort de son père, toutefois après la mort de ses deux aînés, il passa à l’état laïc et devient peu après lieutenant général du Languedoc. Il était aux côtés du futur Henri III en 1569 aux batailles de Moncontour en Poitou et à celle de Jarnac en Saintonge.

Il s’agit ici d’un roman historique et l’auteure fait œuvre pédagogique en situant bien par exemple les dimensions de l’opposition religieuse entre catholiques et protestants,  en rappelant que c’est à Catherine de Médicis que l’on doit l’introduction de la fourchette en France ou en rappelant que c’est sous le règne de Charles X que le Nouvel an commence à se fêter au 1er janvier.

En août 1572, Anne et deux de ses frères entrent au collège de Navarre à Paris, peu de jours avant le massacre de la Saint-Barthélemy. Dans quelles circonstances Anne et le futur Henri III (alors comte d’Anjou) vont-ils se rencontrer et quelle sera la qualité de leur relation ? Cet ouvrage permet de bien percevoir certains aspects de la vie des grands de l’époque mais bien moins où et comment Anne de Joyeuse pourfend ce qu’il considère comme l’hérésie protestante donc comment certaines provinces furent agitées par les conflits religieux du XVIe siècle.

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 682 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :