Ecrire un avis

Marie-Thérèse d’Autriche

Marie-Thérèse d’Autriche
Pygmalion559 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Les mauresses de Moret sont des carrés fondants de chocolat noir, pas des descendantes de Marie-Thérèse"

Stéphane Bern nous contait le 1er septembre 2015 dans "Secrets d’histoire" que Marie-Thérèse d’Autriche, lorsqu’elle était épouse de  Louis XIV, avait accouché d’une métisse dont le père était Nabo son page africain (qui serait un des Masques de fer possible selon Bernard Caire).  Cette légende est tirée des écrits de la plume de mademoiselle de Montpensier (elle est reprise par Saint-Simon et Voltaire) ; mademoiselle de Montpensier était absente en 1664 lors de l'accouchement lors de l’accouchement de Marie-Thérèse. En fait la nonne noire prononça ses vœux et devint sœur Louise-Marie de Sainte-Thérèse au couvent de Moret  le 30 septembre 1695, ne fut ni la fille de Marie-Thérèse, ni celle de Louis XIV, mais l’enfant d’un couple de "Maures" (le terme est ambigu à l’époque) qui travaillait à la ménagerie du roi. C’est en fait Mme de Maintenon qui a, par un geste charitable, fait admettre cette enfant au couvent ; ensuite cette dernière aurait aidé à forger sa propre légende.  Joëlle Chevé s’appuie sur les Mémoires du duc de Luynes pour lever cette hypothèse d’une naissance mystérieuse.

Le contenu de l’ouvrage "Marie-Thérèse d’Autriche" de Joëlle Chevé ne se contente pas de lever ce lière, il donne en s’appuyant sur des sources plus revisitées que nouvelles, une autre vision de cette reine.  Marie-Thérèse d’Autriche a beaucoup souffert de la reprise des jugements sur elle par Saint-Simon et Voltaire, qui d’ailleurs ne l’avaient pas connue personnellement.  

Cette fille du roi d’Espagne Philippe IV et d’Élisabeth de France (qui a eu pour père Henri IV  et mère Marie de Médicis), Marie-Thérèse est née le 20 septembre 1638 en Espagne et elle ne mit d’ailleurs jamais un pied en Autriche. Son qualificatif lui vient du fait qu’elle appartient à la famille des Habsbourg, comme sa belle-mère Anne d’Autriche (elle aussi fille d’un roi d’Espagne) ; la mort de cette dernière en 1666 la prive d’ailleurs d’une confidente qu’elle eût pendant six ans à la cour de France.      

Louis XIV débute son bal des maîtresses avec en particulier sa cousine et belle-sœur, Henriette d’Angleterre, duchesse d’Orléans par son union avec le frère du roi, Mlle de La Vallière suit. Toutefois une partie de toutes les nuits de Louis XIV sont réservées et c’est parce qu’il y a dérogé une fois que sa liaison avec Mlle de Fontanges est révélée. Louis XIV impose à Marie-Thérèse la présence de ses maîtresses, elle doit partager son carrosse avec Mlle de La Vallière et Mme de Montespan devient sa dame d’honneur. Mme de Maintenon la dépouille en grande partie de son rôle de fer de lance de la Contre-réforme catholique. En 1683 Louis XIV prévenu de la mort de son épouse déclare : «C'est le premier chagrin qu'elle m'ait causé. Le ciel me l'avait donné comme il me la fallait, jamais elle ne m'a dit non» ; On apprécie beaucoup l’index des très nombreuses personnes citées et les illustrations en couleurs tirées de tableaux ou tapisseries de l’époque.    

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 630 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :