Ecrire un avis

Autres récits de la Grande Guerre

Autres récits de la Grande Guerre
Publibook170 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "La vie reprend, les choses sont les mêmes, nous seuls avons changé…"

Notre titre est emprunté à la dernière phrase de l’édition de 1917 de Carnets d'un Combattant ; l’auteur en cette fin de mars 1919 vient d’être démobilisé. Paul Truffau est né en 1887 et il a vécu sa jeunesse à Bordeaux ; il a été reçu à l’École normale supérieure et à l’agrégation de lettres à la fin de la Belle époque. Paul Truffau a épousée en août 1912 Andrée Lavieille une artiste peintre.

Lorsque la guerre éclate, il est professeur à Vendôme car le lycée du Loir-et-Cher est là et non à Blois. Les articles qu'il envoyait régulièrement depuis le front au quotidien Le Journal sous le pseudonyme de Lieutenant E.R. seront édités en 1917 par Payot sous le nom de Carnets d'un Combattant. À partir de 1917 il entame pour la presse la série  Billet du poilu. D’autres textes de lui sur le même sujet paraissent au moment des années 1930 dans la Revue d’infanterie. Divers reprises de textes ont été publiés en 1998, sous le titre 1914-1918 - Quatre Années sur le Front. Carnets d'un Combattant. Il semblerait qu’Avec autres récits de la Grande Guerre on est là l’ensemble des textes écrits par l’auteur autour de la Première Guerre mondiale qui ne sont pas présents dans la première édition Carnets d'un Combattant.

Dans les années 1920, il est nommé au lycée de Chartres puis au lycée Louis-le-Grand en khâgne il a pour élève Georges Pompidou en 1930. Il publie de nombreux ouvrages d’études littéraires : La légende de Guillaume d’Orange (1920), Les lais de Marie de France (1922), Raoul de Cambrai (1924), Le merveilleux voyage de Saint Brandan (1926), le Manuel illustré d’histoire de la littérature française (avec Gustave Lanson) (1929), le Roman de Renart (1942)…

 En 1939, il prend part aux combats destinés à empêcher les Allemands de franchir la Loire à Orléans ponts et sa vie et pendant l'occupation, il partage sont temps entre Lyon où avait été déplacé l'École polytechnique et Paris où est son domicile familial. Ses écrits sur la période ont été publiés en 2002 sous le titre de De la « drôle de guerre » à la Libération de Paris (1939-1944).

Autres récits de la Grande Guerre regroupe donc Carnets d'un Combattant et Billets d’un poilu ; du premier texte Norton Cru (lui-même ancien poilu), considéré comme la référence en matière d’évaluation de l’intérêt des récits autour de la Première Guerre mondiale parus en 1915 et  1929 écrits par des anciens combattants, écrit au sujet de Carnets d'un Combattant:

« Tuffrau voulait remettre la presse en bonne voie (…) Au point de vue purement littéraire, le livre de Paul Tuffrau serait le meilleur modèle du recueil de contes et récits de guerre. » (page 11)

Avec la série Billet du poilu, le ton se fait plus rude envers la hiérarchie et les planqués mobilisés de toute nuance (des brancardiers pourtant appréciés aux officiers dans les bureaux). La fierté de combattre à la française (et en particulier pour certains de mépriser le danger comme un colonel) face à la façon de faire la guerre du camp d’’en face transpire aussi. Les récits sont bien construits, le fait que ce soit une succession de nouvelle relace régulièrement l’intérêt pour une situation qu’on sait devoir être décrite avec une grande élégance de style et une habile dramatisation.   

Du fait d’une parution dans la presse d’époque, sauf rares exceptions,les indications de lieux, de régiments et de nom de personnes restent très vagues. En août 1914 il combat comme jeune sous-lieutenant dans le secteur de Saint-Mihiel et Pont-à-Mousson ; ensuite il passe quasiment par tous les secteurs du front occidental tenus par les Français de la Somme à la frontière suisse puisque à l’été 1914 il est dans la petite partie de l’Alsace conquise et conservée pendant quatre ans à Masevaux particulièrement et c’est au sud de Nancy qu’il est au moment de l’Armistice, ce qui lui vaut d’être un des premiers à rentrer par la Lorraine dans les territoires arrachés en 1870 à la France par l’Allemagne.

Pour tous publics Peu d'illustrations

Alexandre

Note globale :

Par - 367 avis déposés - lecteur régulier

429 critiques
05/05/16
Julien Vocance 1878-1954. La Grande Guerre par un poète ardéchois, conférence de Chantal Viart.
Le jeudi 12 mai 2016 à 18 h 30 aux Archives à Privas

12 HAÏKUS de Julien Vocance illustrés par Michel Besnard à l’occasion de la commémoration de la Bataille de Verdun 1916.
http://www.julien-vocance.com/souscription
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Discussion

367 critiques
25/12/15
Correspondance d'avant et après Première Guerre mondiale entre Paul Tuffrau et Romain Rolland

http://www.association-romainrolland.org/image_articles35/Cambon%2035.pdf
Connectez-vous pour poser une question ou écrire un commentaire

Livres liés

> Dans la catégorie Grande guerre :