Ecrire un avis

Le Long hiver, 1918, tome 2

Le Long hiver, 1918, tome 2
Casterman48 pages
2 critiques de lecteurs

Avis de Benjamin : "L'Argonne des poilus"

Une dimension aujourd'hui quasiment récurrente est celle du soldat français fusillé dans les BD actuelles autour de la Grande Guerre ; on la trouve ici pour une série qui convient pour un lectorat de jeunes à partir de 10 ans et d'adultes. Notons qu'ici les raisons pour lesquelles le personnage est fusillé tout sortant de l'ordinaire, sont d'une froide logique qui colle bien à la structuration de l'ensemble du récit. Au début de ce second volume c'est au milieu des elfes que le héros Baptiste (paysan dans la Mayenne avant le conflit) se retrouve après une blessure à la tête au tome précédent lors d'un accrochage dans les bois de l'Argonne à l'extrême fin de septembre 1914. Il va être amené à extraire la balle qui a atteint la fille des souverains d'un royaume souterrain peuplé de sortes d'elfes. Désirant remonter à la surface, le caporal Baptiste prend difficilement conscience que son séjour dans les entrailles de la terre a duré quatre ans.

 

Sa découverte au tout début de novembre 1918 de l'univers du front fait ressentir chez le jeune lecteur à quel point la manière de combattre (avec en particulier l'appui des chars) a évolué. Le caporal revoit le jeune soldat breton à qui il avait fait don de son amulette et celui-ci lui apprend que son épouse n'a pas supporté sa disparition qui a suivi la mort de son fils dont il venait de prendre connaissance avant qu'il ne reçoive une balle près de Verdun. Dessins et couleurs rendent magnifiquement la dimension onirique. Une très belle série qui allie habillement le merveilleux à l'histoire de la Grande Guerre en s'appuyant dans les deux cas sur une solide documentation. Ces deux albums sont à proposer à tous les enfants de dix ans que l'on voudrait initier de manière non didactique aux évènements de la Grande Guerre qui ont déjà commencé à faire l'actualité (exposition sur l'année 1917 au Centre Beaubourg de Metz durant l'été 2012) et vont continuer à être mis en valeur par les médias jusqu'en 2019 (centenaire du Traité de Versailles).

 

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 465 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Avis de Alexandre : "Verdun en-dessous depuis fin 1914 et en-dessus à la veille du 11 novembre 1918"

Nous avions quitté le héros Baptiste dans les bois de l’Argonne les tous derniers jours de 1914 alors qu’une enfant, venant d’apparaître dans les bois entre l’avancée des deux camps, est prise dans la confusion pour cible par un soldat français. Peu après lui-même, après avoir confié son talisman à un jeune soldat Jean Duval, est touché ; il est, suite aux bombardements, plongé dans les entrailles de la terre.

Il trouve là le monde mixte des fées qui parle le langage des animaux, parler dans lequel il entre par un charme. Après avoir extrait la balle de l’enfant qui s’est révélée princesse dans le monde souterrain, Baptiste se voit alors révéler l’histoire de ce peuple qui descend de Lilith (seconde épouse d’Adam) et de Samaël. Baptiste demande à pouvoir remonter dans son monde, il va y apprendre par Jules Duval que son épouse est décédée. Ce dernier assiste à l’exécution de Baptiste, condamné pour désertion. Toutefois conscients du destin qui l’attendait au-dessus, les souverains (reconnaissants) du peuple souterrain lui ont réservé une porte de sortie (ou d’entrée).

Ce deuxième tome développe plus richement l’univers fantastique tout en diffusant des informations historiques pertinentes, ainsi l’évolution de l’uniforme des fantassins est-elle pointée comme les présences décisives des tanks et septembre 1918, ici le héros en réapparaissant près des lignes françaises à la butte de Vauquois n’est qu’à moins de dix kilomètres de l’endroit où il a disparu un peu plus de quatre ans plus tôt en faisant le coup de feu. Le graphisme est très adapté à la dimension fantastique, chaque page a un aspect très agréablement coloré.

Dans la production actuelle de BD très importante, peu de titres peuvent spontanément accrocher un jeune lecteur qui est élève de fin d’école primaire. À nos yeux dans des univers très différents, cette série et celle des Godillots (avec un deuxième tome en novembre 2012) constituent la meilleure sélection qui puisse être faite. Il est à noter que la série du Long hiver intéressera également les adultes épris de mondes imaginaires ancrés dans les traditions légendaires. Quelques critiques acides de journalistes de BD ont pu accompagner ce deuxième tome ; en le jugeant à l’aune de leurs propres intérêts, ces journalistes n’ont jamais approché l’idée qu’il conviendrait parfaitement à des publics spécifiques qu’ils auraient pu prendre le temps de définir comme nous avons essayé de le faire.

Alexandre

Note globale :

Par - 400 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :