Ecrire un avis

Olympia

Olympia
Dargaud85 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "En 1920 Mademoiselle von den Gotz visite l'Autriche le matin, mais que fait-elle l'après-midi?"

Philippe Bertrand est un illustrateur connu dans le monde de la BD érotique pour principalement sa série "Linda aime l’art" ; il a aussi dessiné l’album "Le Montespan". En 1984/85 pour la revue "À suivre" (numéros 79 à 86), il propose le récit "Olympia" en quatre-vingt pages et ce n’est donc que trente-et-un an plus tard que ce récit est édité en album. D’ailleurs l’héroïne de l’album "Olympia" ressemble beaucoup au personnage de Linda ; certaines scènes obligent à déconseiller cet album en noir et blanc à un lectorat de moins de quinze ans.  

L’action démarre en Courlande nous dit la première page, ce qui correspond en fait au sud de la Lettonie, un état né de la chute de l’empire tzariste mais que les Soviétiques espèrent reconquérir au moment évoqué ici. Les parents de l’héroïne décident de l’envoyer à Berlin afin de lui éviter des dangers ; en effet le père appartient à cette noblesse d’origine allemande qui dominait les campagnes des pays baltes.

Or Berlin, autour de l’année 1920, ne se révèle pas comme un endroit particulièrement calme, vu l’agitation politique qui y règne. Olympia d’abord du côté des corps-francs va bientôt basculer dans celui des révolutionnaires tout en restant sujette d’un bout à l’autre à des tentatives répétées d’assassinat. Ponctuellement elle doit fuir en Tchécoslovaquie puis en Autriche, avant de revenir en Allemagne.

D’une belle introduction d’Enki Bilal nous retiendrons :

« On est face aux cases de Philippe Bertrand souvent comme face à une scène de théâtre à l’italienne : spectateur à l’affût. Le décor, les personnages, tout est en place. Mais l’action, même quand elle s’accélère, nous garde à distance, nous lecteurs-voyeurs donc, comme le fait le théâtre précisément. Cette sophistication, s’accompagnant souvent d’humour décalé, nous laisse face à un miroir. »

Notre titre est une allusion à une blague autrichienne destinée à marquer la nostalgie pour le grand empire austro-hongrois d'avant 1918.

 

 

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 506 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Entre deux guerres :