Ecrire un avis

Les Troyens d’Hector Berlioz ou La tragédie de l’Absence

Les Troyens d’Hector Berlioz ou La tragédie de l’Absence
Société des écrivains215 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Didon n'aime pas être le petit dindon de l'opéra"

Le livret de cette œuvre a été composé entre 1856 et 1858, il s’agit là du travail le plus ambitieux de Berlioz. Dès 1863 on n'en joua que la deuxième partie sous le titre Les Troyens à Carthage. Toutefois vu la longueur de cet opéra, il ne fut jamais interprété en entier durant le premier quart de siècle qui suivit. Le compositeur Albéric Magnard, dont nous avons conté les conditions du décès en présentant le livre de Jean-Jacques Langendorf, assista en 1890 à Karlsruhe à sa première exécution dans sa version complète. Il faudra attendre 1987 pour le voir en version intégrale en France, en l’occurrence à Lyon. Notre illustration montre la reine Didon sur la scène de la Scala à Milan en 2014.

 

Le récit s’inspire de L’Énéide de Virgile, dont l'opéra reprend les épisodes de la prise de Troie, puis les voyages d'Énée et l'accueil de la reine Didon, fondatrice de Carthage. Dans son introduction, Dominique Catteau écrit que :

« La plus fidèle façon d’illustrer en la résumant l’ordonnance du livret des "Troyens" est donc l’image de la spirale : répétition ou circularité apparente de l’intérieur de laquelle, de façon tout à fait subtile, émerge une progression dramatique qui nous mène d’un scandale relatif à un scandale absolu » (page 33)

Dominique Catteau s’attache à mettre en perspective chaque scène des cinq actes. Dans sa conclusion, il affirme :

« Finalement c’est à la grandeur de l’homme que Berlioz en appelle, à condition qu’il ose se débarrasser de tous ses naïfs espoirs de salut ou de rédemption, et qu’il ait le courage d’assumer enfin lui-même son destin. Noblesse fière et lucide d’une révolte qui n’oublie pas la hantise de l’Échec, mais qui se révolte quand même ». (page 210)

Cet ouvrage incite à se plonger dans L’Énéide de Virgile, afin de mesurer les écarts entre les psychologies des mêmes personnages chez Virgile et chez Berlioz, ainsi que pour découvrir la philosophie globale de ces deux productions poétiques différentes. Plus encore que Virgile, c'est à la Nécessité du Destin que Berlioz a été sensible et c'est d'elle qu'il a voulu surtout donner une idée puissante. Pour Berlioz la civilisation de la liberté des Troyens a été battue par la civilisation de l’ordre représentée par les Grecs. L’influence de la culture chrétienne se sent chez Berlioz ; on voit par exemple que comme le Christ, Didon tombe trois fois et se relève.

Pour connaisseurs Aucune illustration

Benjamin

Note globale :

Par - 349 avis déposés - lecteur régulier

349 critiques
20/05/19
Le Festival Berlioz sous le signe des Troyens à La Côte-Saint-André (Isère), du 17 août au 1er septembre 2019
https://www.la-croix.com/Culture/Le-Festival-Berlioz-signe-Troyens-2019-04-06-1301013903
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La Tunisie .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :