Ecrire un avis

Le grand amour de Marie-Antoinette, lettres secrètes de la reine et du comte de Fersen

Le grand amour de Marie-Antoinette, lettres secrètes de la reine et du comte de Fersen
Tallandier374 pages
1 critique de lecteur

Avis de Kingsale : "une présentation pleine de tact de la relation entre la reine et Fersen"

La relation entre Marie-Antoinette et Fersen a fait couler beaucoup d’encre et suscité bien des controverses, avec d’abord deux camps en présence : celui de l’hagiographie, né sous la Restauration, faisant de Marie-Antoinette une grande reine et une sainte martyre (les Goncourt appartiennent à ce courant), et celui né avec la floraison de libelles ayant accompagné le règne, qui dénonçaient ses dépenses excessives, ses liaisons supposées jusqu’à la débauche et son rôle d’agent de l’Autriche. Sur ce dernier point, Evelyne Lever explique clairement que si Marie-Antoinette a tenté à maintes reprises d’infléchir la politique étrangère du royaume dans le sens des préconisations de Marie-Thérèse, puis de Joseph II, Louis XVI a le plus souvent résisté et opposé des fins de non-recevoir à sa femme, faisant preuve pour une fois d’une certaine force de caractère.

Là-dessus s’est greffée la découverte progressive de la correspondance entre la reine et Axel de Fersen, dont une partie a été conservée, celle de la Révolution, mais largement caviardée pour rendre illisibles certains passages, ce qui a excité prodigieusement les imaginations. D’abord sans moyens scientifiques, puis en utilisant une débauche de techniques, les passages en question ont presque tous été déchiffrés, même si certains résistent encore. Cela a donné lieu en 2013 au livre d’Evelyn Farr, sous-titré The Untold Love Story, qu’on a jugé bon d’expurger en français (La correspondance secrète). Il est vrai qu’Evelyn Farr ne prend pas de gants quand elle note que pour la fausse couche de 1783 ou les naissances de 1785 et 1786 Fersen était à Versailles au moment de la conception, ce qui a provoqué une levée de boucliers du parti des orléanistes rancis, attachés bec et ongles à la présentation hagiographique et dont les éléments les plus virulents ne sont pas des membres de la haute noblesse (plus actifs dans l’analyse ADN si controversée du cœur supposé de Louis XVII, au point qu’on parle d’une sorte de jeu de bonneteau avec le cœur du premier dauphin), mais des roturiers ayant à leur tête une passionaria belge. Pour eux, c’est bien simple : Fersen n’est qu’une relation parmi d’autres de la reine. Les mots d’amour décryptés, les Je vous aime et vous aimerai toute ma vie à la folie, ou J’existe mon bien-aimé et c’est pour vous adorer, sont balayés par eux d’un revers de la main. Heureusement que l’on sait ne pas avoir affaire à des historiens ! L’important c’est que l’on ne mette pas Marie-Antoinette sur un piédestal mais qu’on la voie comme une femme avec ses passions et ses sentiments. Le premier à s’engager dans cette voie a été Stefan Zweig en 1932.

Après la publication d’Evelyn Farr, la France, qui avait récupéré en 1982 des héritiers de la famille Fersen l’essentiel de la correspondance, en a continué le décryptage. Les experts des Archives nationales ont travaillé avec ceux de la Fondation des sciences du patrimoine au sein du projet REX dont les résultats ont été communiqués au premier semestre 2020. Outre de nouveaux passages déchiffrés, il est apparu qu’une bonne partie des caviardages avait été le fait de Fersen lui-même. La discrétion du personnage, louée par ses contemporains, s’était là aussi manifestée. Un téléfilm a été réalisé dans la foulée, diffusé sur France 5 en septembre et en partie tourné dans l’appartement de Fersen au château de Versailles. Evelyne Lever y interviewait Laurent Salomé, directeur du musée, qui reconnaissait que l’on avait longtemps évité d’appeler ainsi ces deux pièces situées au deuxième étage de l’appartement intérieur de la reine, mais que cette discrétion n’était plus de mise. Puis en octobre, Evelyne Lever a publié un livre au titre plus explicite que celui en français d’Evelyn Farr : Le grand amour de Marie-Antoinette, lettres secrètes de la reine et du comte de Fersen. On était curieux de savoir où il se situait dans le débat autour de cette relation.

L’avant-propos, intitulé L’amour à l’épreuve du scanner, fait le point sur l’avancée des recherches. Ensuite, l’auteur a opté pour une formule où l’histoire de la relation entre les deux personnages occupe les deux tiers de l’ouvrage et les lettres publiées le tiers restant (c’est plutôt l’inverse avec Evelyn Farr). On a tous en mémoire la biographie de la reine par Evelyne Lever qui date de 1991. Elle a réussi à éviter l’écueil d’en plaquer des chapitres entiers dans son nouveau livre, en réécrivant totalement l’histoire de la reine et en consacrant autant de place que possible à Axel de Fersen.

C’est à la page 113 que commence un des passages les plus délicats, celui relatif à la naissance du futur Louis XVII. Face aux rumeurs qui ont couru, Evelyne Lever commence par dire que de toute évidence, ils sont amants de cœur, mais il est impossible d’affirmer qu’il ait existé une liaison au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Ensuite, elle rejette l’idée d’une conception à l’occasion de la fête de Trianon de juin 1784 où Fersen était présent. Sa thèse, fort habile, est que Marie-Antoinette se rapprochait de son mari chaque fois qu’elle avait besoin d’en obtenir une faveur, en général une faveur politique répondant aux injonctions de Vienne, dans ce cas précis l’affaire dite de Hollande (p. 115). L’auteur n’a pas de mal à balayer l’objection tirée du journal du roi au moment du baptême : Tout s’est passé de même qu’à mon fils, car cette appellation était réservée au dauphin en titre. Elle oublie toutefois l’autre formule notée par Louis XVI : Il n’y a eu ni compliment, ni révérences. Or ce protocole a difficilement pu être adopté sans son accord. Qu’est-ce que cela signifie ?

La question s’est reposée pour la naissance de Sophie en 1786. Evelyne Lever dit que la reine a voulu donner à sa seconde fille le prénom de la sœur préférée de Fersen, mais ne relève pas la présence dudit auprès de la reine neuf mois avant. Elle rappelle juste que Marie-Antoinette avait été très contrariée de cette grossesse (p. 123-124).

Puis, c’est l’épisode tout à fait extraordinaire du logement de Fersen chez la reine aménagé en 1787 dans deux pièces du second qu’elle avait récupérées au début de son règne (c’était auparavant le logement du valet de chambre du roi) et qu’elle utilisait jusque là pour des conciliabules secrets. Fersen, soucieux de son confort, réclame qu’il y soit installé un poêle suédois qui chaufferait aussi la pièce voisine. Cette affaire a été révélée en 1970 par Marguerite Jallut dans son livre Marie-Antoinette, l’impossible bonheur. Elle savait de quoi elle parlait, étant conservateur-archiviste à Versailles. On assiste éberlué aux demandes de Fersen, suivies des ordres de la reine et des rapports d’exécution. Evelyne Lever note qu’il pouvait accéder à cet appartement par les escaliers partant de la cour de la reine mais elle oublie la précision fournie par le journal de Fersen : il pouvait aussi accéder par l’Œil de Bœuf en donnant un louis au Suisse de garde à la porte de l’appartement de la reine, car l’escalier privé montant à ses deux pièces, dit à tort escalier des Dupes, était juste derrière cette porte.

Louis XVI ne pouvait pas ne pas être au courant de cette installation. Evelyne Lever souligne le rôle grandissant de Fersen comme conseiller du couple royal. Elle rappelle aussi le dialogue entre les deux époux rapporté par Saint-Priest : quand la rumeur d’une liaison est devenue très forte, Marie-Antoinette aurait pris les devants en offrant au roi de renoncer à voir Fersen, et Louis XVI aurait refusé. Fersen lui-même explique à son père que sa position privilégiée à la cour vient de la confiance que lui accordent le roi et la reine (p. 175-176). Et son portrait par Bouillé fils mérite d’être cité : son flegme naturel… une prudence et une discrétion à toute épreuve, il était tel que devrait toujours être l’amant d’une reine (p. 183).

Présent au château lors des journées d’Octobre, il assiste effondré à l’assaut de la populace et suit avec vaillance le cortège royal jusqu’à Paris. Pour rester près de la reine, il s’installe sur un grand pied dans un hôtel de l’avenue Matignon, vers l’angle de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. Evelyne Lever mentionne cette installation (p. 172) mais ne nous en dit guère plus. Il s’agit en fait d’un des hôtels d’Argenson, loué en 1778 par le bailli de Breteuil à son retour de Rome et entièrement réaménagé par lui pour y installer sa collection d’antiques et d’œuvres de ses amis artistes fréquentés lors de son séjour romain. Il possède une grande galerie d’exposition et un parc à l’anglaise. Comme le bailli (à ne pas confondre avec son cousin le baron)(1), Fersen ne se refuse rien.

Il lui arrive de passer des journées entières auprès de Marie-Antoinette, que ce soit aux Tuileries ou à Saint-Cloud, et La Fayette qui fait garder la famille royale ferme les yeux (p. 170, 178 à 181), sans doute avec l’intention de se servir à l’occasion de cette information, et cette occasion sera son entrevue avec la reine où il voudra la forcer à divorcer.

On sait que dans la fuite de Varennes Fersen a joué le rôle principal, et on se demande ce qui se serait passé si Louis XVI ne lui avait pas ordonné de les quitter après leur départ en pleine nuit. Leur dernière rencontre date de février 1792. Au mépris du danger, Fersen revient clandestinement en France pour revoir la reine qui lui a envoyé des messages angoissés. Il note dans son journal qu’il a passé la nuit auprès d’elle, à parler politique disent les uns alors que Stefan Zweig dit qu’ils sont devenus amants à cette occasion (p. 207). Plus prudente, Evelyne Lever écrit : Personne n’éclaircira ce mystère, si mystère il y a vraiment. Jolie formule ! Elle ajoute que si les lettres décryptées apportent la preuve d’une relation amoureuse, il ne fallait pas en attendre plus de précisions qui eussent été inconvenantes entre deux personnes de cette qualité (p. 208). Au deuxième jour, Louis XVI fait d’émouvantes confidences politiques à Fersen avant de lui demander de faire savoir aux souverains d’Europe qu’il ne jouissait plus d’aucune liberté et que donc ses déclarations officielles n’avaient plus aucune valeur (p. 208-209).

En janvier 1794, Fersen reçoit le dernier message de Marie-Antoinette qu’elle a réussi à lui faire passer par Jarjayes venu clandestinement au Temple, un bout de papier sur lequel figure l’empreinte de leur devise : Tutto a te mi guida.  Bouleversant ! La partie historique se termine sur la mort tragique de Fersen à Stockholm, assassiné avec sauvagerie en 1810 par une populace dont la violence n’a rien à envier à celle de Paris.

On aurait aimé avoir aussi des nouvelles de son appartement à Versailles, car elles sont en lien étroit avec les événements vécus au XVIIIe siècle. On sait qu’au début de la Restauration il avait été prévu de loger le duc et la duchesse d’Angoulême dans l’appartement du dauphin au rez-de-chaussée et leur suite au second. Les architectes chargés du projet n’ont pas respecté autant qu’on l’aurait souhaité les magnifiques décors du rez-de-chaussée. Dans l’appartement de Fersen, ils ont fait table rase du poêle suédois et de sa niche, remplacés par une cheminée. Plus significatif encore, ils ont enlevé le parquet de chêne pour mettre à la place une vilaine tommette beaucoup moins confortable. Il y avait donc une vraie volonté de faire disparaître toute trace de son séjour. Ont-ils agi de leur propre chef ou ont-ils reçu des instructions ? Ce dont on se doute, c’est que la duchesse d’Angoulême pouvait vouloir gommer le souvenir de cet ami si proche de sa mère, d’autant qu’il l’avait harcelée après sa libération à Vienne (voir p. 236) pour obtenir le remboursement des dettes du roi à son égard (la fuite de Varennes avait coûté fort cher, financée par Fersen et ses amis).

En fin d’ouvrage, Evelyne Lever a publié les lettres décryptées. Les spécialistes du Forum de Marie-Antoinette les ont passées au crible et relevé un certain nombre de différences avec les autres publications. Quelquefois même, des phrases entières manquent selon eux (2). Dommage !

Malgré ces réserves, il s’agit d’une présentation réussie de la relation entre Fersen et Marie-Antoinette. On ne peut qu’adhérer quand Evelyne Lever affirme avec force et conviction qu’il y a eu un grand amour entre eux. Le déroulement des faits et leurs écrits en témoignent. Elle refuse de répondre à l’autre question qu’on se pose sur le côté platonique ou non de cet amour, mais laisse planer le doute avec tact et délicatesse. Elle a raison, car ce qui importe, c’est la force de cette passion entre un homme et une femme exceptionnels placés dans des circonstances qui ne l’étaient pas moins.

 

(1) Le livre d'Evelyne Lever est dédié à Henri-François de Breteuil, digne héritier de cette illustre famille. Il a ressuscité le château de Breteuil en vallée de Chevreuse et le porte à bout de bras depuis des décennies, forçant l'admiration de tous. C'est une parfaite démonstration du rôle essentiel des familles dans l'animation d'un monument.

(2) https://marie-antoinette.forumactif.org/t5102-d-evelyne-lever-le-grand-amour-de-marie-antoinette-lettres-secretes-de-la-reine-et-du-comte-de-fersen?highlight=Evelyne+Lever+Fersen

 

 

  

 

Note globale :

Par - 13 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :