Ecrire un avis

Le Mai 68 des historiens

Le Mai 68 des historiens
Septentrion 2018 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Cours camarade, l’historien est derrière toi"

Le titre mérite d’être explicité, il s’agit en général de voir comment certains historiens universitaires ont vécu les évènements de Mai 68. On propose d’ailleurs deux transcriptions d’entretiens réalisés en 2004, l’un avec Claude Nicolet et l’autre avec René Raymond (qui enseignait à Nanterre en 1968) ; le premier est décédé en 2010 et le second en 2007. L’ouvrage est composé d’une vingtaine d’articles d’auteurs différents.

Le but est également de découvrir quelle lecture globale certains historiens font de l’évènement, on notera que pour Marc Ferro « les évènements de 68, ça était la première irruption des jeunes comme groupe social autonome ». On remarque qu’une large place est faite à des propos d’historiens qui se déclarent farouchement hostiles aux idées portées par Mai 68. Il est vrai que dans cette discipline universitaire on rencontre beaucoup d'admirateurs de Louis XIV et de Napoléon...  Les deux mots les plus employés, sur l’ensemble des témoignages, pour caractériser l’évènement sont "révolution" et "crise".

On a sept parties respectivement intitulées : "Définition de l'objet, du corpus à l'exploitation historienne", "68 et les intellectuels, populations, individus et groupes sociaux", "Identités politiques, dire ses convictions", "68 et les établissements d'enseignement supérieur, engagements individuels, bouleversements structurels", "Les facultés françaises, panorama", " De l'histoire des mentalités à l'histoire culturelle", "Entretiens".

On trouvera évoqué d’autres personnalités n’appartenant pas au cercle des historiens. On suit par exemple les parcours en 68 et après 68 d’Alain Krivine (d’idéologie trotskyste) et Alain Gesmar (secrétaire du SNES-Sup en 1968, qui vira un temps vers le maoïsme à la française). Des hauts fonctionnaires aux ministères de  l’Éducation nationale et à celui de la Culture sont interviewés, ce qui nous vaut un jugement très sévère sur Alain Peyrefitte alors ministre de l’Éducation nationale, et ajouterons-nous à ses heures pas perdues futur chantre de la Chine maoïste (sic) et historien…    

Pour connaisseurs Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 575 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur Mai 68 .

> Dans la catégorie Guerre froide :