Ecrire un avis

La guerre de deux cent ans: Une histoire des histoires de la Révolution française

La guerre de deux cent ans: Une histoire des histoires de la Révolution française
Perrin444 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "La Révolution française, un bilan globalement positif… Pas pour tous les historiens et pas pour toutes les périodes de celle-ci"

La période de la Révolution française n’est qu’à peine commencée que déjà certains entendent en faire son histoire et/ou en tirer des leçons, ainsi Condorcet, qui se suicide après son arrestation en mars 1794, écrit sur le sujet l’ouvrage Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (voir https://gallica.bnf.fr/essentiels/condorcet/esquisse-tableau-historique-progres-esprit-humain). La pensée d’autres contemporains nous est présentée, comme celle de Rivarol ou de Lacretelle, pour prendre deux lectures diamétra  lement opposées.

Les pensées d’Augustin Thierry et de Guizot sont présentées comme celles de Joseph de Maistre ou de Dulaure. La lecture qu’Adolphe  Thiers fait de la Révolution française  dans les années 1820 sert de soubassement idéologique aux républicains de la IIIe République.

Pour les contre-révolutionnaires le mal est né de la convocation des États généraux. Ceux qui défendent la République se divisent entre ceux qui refusent les mesures prises en 1793 et ceux qui l’acceptent ; ces derniers eux-mêmes divisés autour de la dimension de la question sociale durant la période où les Montagnards sont au pouvoir.

Ce que montre bien l’auteur c’est que la Révolution française est continuellement réinterprétée et que d’autres révolutions qui éclatent sont lues à travers son prisme. Ainsi Alphonse Aulard le radical-socialiste ancré à gauche et Albert Mathiez alors socialiste SFIO, la prise du pouvoir par les bolchéviks doit se traduire par une intensificarion des opérations de l'armée russe et ils seront bien dépités quand ils verront que c’est sur une paix séparée entre la Russie et l’Allemagne que l’on débouche. On sait que certains trotskystes présentèrent Staline comme un Bonaparte.  

Le bicentenaire de la Révolution française a été le chant du cygne de celle-ci par rapport à son apport positif, car considérée  par certains historiens comme la première pierre de l’entrée dans la modernité et la grand-mère des totalitarismes marxistes ou fascistes par certains. Ceci donnant d’ailleurs de l’eau au moulin des tenants du "génocide vendéen". Une fois de plus les études anglaises ou américaines avaient pesé sur la lecture faite de cette période de l’histoire française, que tous reconnaissent comme une clé de l’histoire mondiale mais avec des appréciations très diverses.

Réservé aux spécialistes Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 707 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Historiographie :