Ecrire un avis

Histoire de l’Arménie

Histoire de l’Arménie
AEDIS 8 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Le papier d’Arménie, antimite, est un autre apport à la culture française"

L'un des auteurs de ce dépliant cartonné en huit volets est Thomas Dilan, à qui l’on doit une excellente présentation de l'ouvrage « emblématique de l’apocalypse arménienne de 1915 » qu’est, selon lui, Apocalypse Arménie: L’incroyable histoire d’une jeune rescapée des grands massacres. Rappelons à ce propos que la commémoration du Génocide arménien a lieu chaque 24 avril, jour évidemment férié en Arménie et Haut-Karabagh.

L’auteur rappelle que l’Arménie est redevenue indépendante, après l’éclatement de l’URSS, en 1991 et que la région autonome du Haut-Karabagh, partie de l’Azerbaïdjan depuis 1921, a souhaité en vain son rattachement à l’Arménie. On compte un peu plus de gens d’origine arménienne qui vivent à l’étranger que d’habitants en Arménie et Haut-Karabagh réunis. En France, le nombre de 500 000 a été dépassé et on trouve principalement des personnes originaires d’Arménie entre Marseille et Lyon ainsi que dans des communes du Val-de-Marne ou des Hauts-de-Seine.

Thomas Dilan commence l’histoire de l’Arménie en 900 avant Jésus-Christ. Le pays est souvent vassal de puissances et n’a une pleine indépendance qu’à de relatifs moments de son histoire. S’y sont imposés les Achéménides (dont Cyrus est un des souverains), les Grecs d’Alexandre et de quelques-uns de ses successeurs, les Parthes, les Romains, les Sassanides, les Omeyades, les Abbassides, les Seldjoukides et les Ottomans.

Notons la période particulière des Croisades où un royaume d’Arménie, avec des souverains d’origine partiellement poitevine (les Lusignan) au XIVe siècle, existe en Cilicie. Ceci est un des nombreux aspects des liens entre les Arméniens et les Français, ce sujet étant l’objet d’une focalisation où il est rappelé que le garde du corps de Napoléon Bonaparte depuis son retour d’Égypte jusqu’en 1814 fut Roustam Raza (né dans l’actuelle Géorgie) et que nombre d’Arméniens s’engagèrent dans la Légion étrangère en 1914. Rajoutons que la bêtise et la méchanceté à leur égard de certains sous-officiers fut la cause du désir de cesser de combattre dans ce corps de plusieurs Arméniens qui demandent de passer dans une unité française. Ceci fait que dans les fusillés pour l’exemple, on compte au moins un Arménien Timaksian (voir classement par pays ou départements français, donc à Turquie ou Russie), sa biographie est dans 14-18, les fusillés de Frédéric Mathieu. Il ne figure sur aucun monument aux morts et aucune demande de réhabilitation n’a jamais été demandée pour lui.       

Il s’imposait de consacrer une bonne place à l’Église arménienne qui permit au christianisme de devenir une religion d’état dans un premier pays, ceci une douzaine d’années avant que l’Empire romain ne tolère officiellement le christianisme avec Constantin en 313. L’alphabet arménien naît d’ailleurs pour les besoins de diffusion du  christianisme. Largement illustré par des photographies très lisibles et intéressantes, avec un texte dense mais accessible au béotien en matière d’histoire de l’Arménie, cette production peut servir de complément au Guide d’Arménie, publié par Sigest.  

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 670 avis déposés - lecteur régulier

670 critiques
24/12/18
Arménie : un pays à ne pas négliger
https://www.lenouvelespritpublic.fr/podcasts/92
670 critiques
26/12/19
La Russie prévoit d’envoyer de nouvelles armes en Arménie
La Russie vendra-t-elle des chasseurs Su-57 à l’Azerbaïdjan ?
http://www.armenews.com/spip.php?page=article&
id_article=21265
http://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=21263
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur L'Arménie .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :