Ecrire un avis

Mayotte : état des lieux, enjeux et perspectives

Mayotte : état des lieux, enjeux et perspectives
L’Harmattan237 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Les Mahorais sont français, la faute à qui donc ? Pas à Napoléon"

"Mayotte : état des lieux, enjeux et perspectives" réunit les contributions présentés oralement lors d’un colloque éponyme tenu à l’Université de La Réunion fin 2012. Plus grand que les départements de Paris et de la petite couronne, Mayotte est le plus petit département d’outre-mer avec 376 km2 et le dernier des départements français créées (elle était devenue collectivité territoriale, un statut proche d’un territoire d’outre-mer lorsque les Comores devinrent indépendantes). Pour l’Europe en conséquence il est devenu au 1er janvier 2014 une région ultrapériphérique (RUP) avec par exemple Madère. Le premier texte de François Hermet situe globalement les caractéristiques de cette île de l’Océan indien avec une population passée entre 1911 et 2012 de 11 000 à 213 000 habitants. On retiendra cette phrase : « Mayotte reste handicapée par l’étroitesse de son marché intérieur qui reste un frein à l’investissement, son isolement des grands centres industrialisés qui pèse sur les coûts de transport, et par le manque de débouchés extérieurs » (page 17)

Dans la seconde contribution, Jean-Yves Rochoux fait le tour de l’économie de l’île et des problèmes sociaux, relevant que 40% des habitants de l’île n’ont pas la nationalité française mais comorienne. Yves Combeau dans le texte suivant rappelle que l'île est vendue à la France par le sultan d’origine malgache Andriantsoly le 25 avril 1841, Mayotte devient donc française, bien avant le comté de Nice et la Savoie. Il pointe les différentes étapes qui ont amené Mayotte à sa situation politique actuelle, cela remet en mémoire le rôle que Pierre Messmer en tant que ministre des DOM-TOM en 1971-1972 puis Premier ministre en 1972-1974. L’élection en 1974 de Giscard d’Estaing se fait en bonne partie grâce à l’appui massif et négocié des voix comoriennes, ce dernier promet l’indépendance à Ahmed Abdallah. Toutefois le gouvernement de Jacques Chirac revient sur les promesses du candidat Giscard d’Estaing devenu président et le décompte des voix se fera île par île. Jacques Chirac sera d’ailleurs le premier président de la République française à se rendre à Mayotte en 2001.

Mita Manouvel montre par diverses pistes, que tant l’ONU que l’état des Comores ne songent au début du XXIe siècle à un retour dans un avenir proche de Mayotte dans l’univers comorien, un ancien président des Comores a avancé en 2006 que les Mahorais ne demanderont jamais leur réintégration à l’ensemble comorien tant que la situation économique et sociale des Comores ne sera pas nettement meilleure que ce qu’elle est. D’autres contributions s’attachent à la question du chômage, de la gestion des déchets et l’alimentation en eau potable, des conséquences prévisibles du passage en RUP pour Mayotte, du commerce extérieur de Mayotte, de la création d’un marché unique Réunion-Mayotte, de l’émigration des Mahorais à la Réunion et en métropole. On estime à 17% les natifs de Mayotte qui vivent sur un sol français qui n’est pas leur île ; on pourrait rajouter qu’il y a actuellement un nombre non négligeable d’enfants nés en métropole de parents mahorais. L’active politique éducative du conseil général de Mayotte qui consiste à envoyer au niveau lycée des jeunes en métropole risque de se traduire par une fixation massive de ces jeunes dans l’hexagone.

Bref notre conclusion personnelle est qu’au milieu du XXIe siècle, il y aura peut-être autant de gens d’origine mahoraise à l’extérieur de l’île qu’à l’intérieur. On aurait aimé une étude sur le statut juridique des Comoriens présents sur l’île, avec des informations comme sur le fait que les enfant comoriens nés à Mayotte pouvant attester d'une scolarisation ininterrompue, à l'âge de 16 ans peuvent devenir Français, mais les enfants des clandestins n'ont pas accès à la sécurité sociale. En 2014, 15 408 personnes ont été reconduites à la frontière avec les Comores. Environ 85 000 clandestins vivraient actuellement à Mayotte, soit environ un tiers de la population.

Pour connaisseurs Aucune illustration Plan thématique

Adam Craponne

Note globale :

Par - 686 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Histoire immédiate :