Ecrire un avis

Les demoiselles de l'Empire : Marie à lumière de Naples

Les  demoiselles de l'Empire : Marie à lumière de Naples
Mame218 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Marie naît là comme artiste, quelle rumba !"

"Marie à lumière de Naples" est le quatrième tome de la série "Les demoiselles de l’empire" les titres successifs sont indépendants les uns des autres, même si dans le premier tome on fait connaissance de jeunes filles à Saint-Denis qui vont poursuivre entre elles une correspondance, reproduites dans les ouvrages, lorsqu'elles seront sorties de l'école de la Légion d’honneur.  Pour un lectorat de jeunes filles, il y a peu de productions en matière de romans historiques sur cette période et celle des débuts de la Restauration, aussi on peut se féliciter de la sortie de cette série.

Marie Desormeaux est pensionnaire depuis deux ans dans la jeune École de la Légion d'honneur, dont l'accès est de droit aux enfants d'officier de l'armée impériale. Son père vient de passer au service du roi de Naples, à savoir Joachim Murat (sur ce trône depuis 1808), aussi cette jeune file de dix-sept ans s'apprêtent en 1812 à rejoindre le sud de l'Italie où elle va faire connaissance de la reine de Naples, à savoir Caroline Bonaparte.

Marie a des capacités pour peindre aussi va-t-elle utiliser pleinement la lumière de cette région et rencontrer le peintre néo-classique Ingres présent en Italie depuis 1806, venu à Naples dans le but de réaliser un portrait de la reine Caroline Bonaparte.

Cet ouvrage fait découvrir non seulement la géographie de cet espace napolitain mais aussi la vie à la cour d'un royaume né du bon plaisir de Napoléon Ier. Le récit court de novembre 1812 à la fin 1815, car on y apprend l'exécution de Joachim Murat, suite à son échec de soulèvement de l'Italie lors des Cent-Jours. 

L'héroïne se trouve prise dans un univers de contradictions, ainsi que l'on peut le voir dans le courrier que Marie reçoit de sa mère:

« Vous pourrez retourner auprès de maître Graffin (…) Je mets à cette libéralité une condition incontournable : c'est que vous ne signiez jamais du nom de Desormeaux une seule de vos œuvres, afin que notre accord demeurât secret et que votre talent restât caché. Une telle publicité vous ferait grand tort et éloignerait de vous les meilleurs partis. Si  (…) l'exercice de votre art vous comble aujourd'hui, songez qu'il ne saurait remplacer dans l'avenir le bonheur d'un mariage heureux et d'un foyer uni. » (page 133)

Accessible jeunesse Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 563 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur L'Histoire de France pour les enfants .

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :