Ecrire un avis

Correspondance

Correspondance
Gallimard192 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Si vous voulez me voir je suis de 6 à 7 à Excelsior"

Ces courriers dans les deux sens entre Guillaume Apollinaire et Paul Guillaume sont commentés par Peter Read et Laurence Campa assure l’introduction de l’ouvrage. Ces derniers  sont connus pour certaines de leurs études sur l’œuvre ou la vie du poète comme en 2000 "Apollinaire et Les Mamelles de Tirésias" pour le premier et " Guillaume Apollinaire" en 2013 pour la seconde. D’autre part ils sont tous les deux membres du comité scientifique de l’exposition "Apollinaire, le regard du poète" qui se tient au Musée de l’Orangerie jusqu'au 18 juillet 2016.

La majeure partie de la collection personnelle de Pierre Guillaume est présentée à Paris dans l’exposition permanente de cet établissement car elle appartient maintenant au Musée de l’Orangerie, elle est cédé à l’État, après des péripéties rocambolesques, avec une arrivée dans les murs de l’Orangerie des Tuileries qu’après la mort de Domenica (épouse de Paul Guillaume, née Juliette Lacaze à Millau) en 1977 et n’est montrée que sept ans plus tard.

L’ouvrage "Correspondance " permet de percevoir comment par leurs échanges, Guillaume Apollinaire et Paul Guillaume s’enrichissent mutuellement dans leur connaissance tant de l’art africain que de la peinture d’avant-garde comme les artistes cubistes en général et des maîtres comme Picasso, Modigliani, Chaïm Soutine ou Matisse. Ceci ne veut pas dire pour autant que les deux hommes vivaient une amitié idéale comme on peut le voir en particulier à travers ce billet envoyé par le poète au marchand d’art en novembre 1917:

« Mon cher ami,

Je voudrais que vous me fassiez tenir un programme de ma conférence. Et une autre fois que vous ne me fassiez plus injurier par des gens à vos gages dans la presse. Sentiments choisis. » (page 120)

À la bonne centaine de lettres entre les deux personnages qui court entre mars 1913 et octobre 1918, s’ajoutent deux lettres de 1924 de la veuve de Guillaume Apollinaire au marchand d’art datées de 1924 et 1929. L’ouvrage propose une bonne cinquantaine de documents reproduits dans une bonne dimension, on peut y voir par exemple le dos d’une carte postale représentant la station thermale de Vichy, Apollinaire en uniforme, un portrait de Paul Guillaume par Giorgo de Chirico, des tableaux de Picasso ou Matisse par exemple, un dessin d’André Derain, un calligramme du poète pour "Versicolore", des statues africaines, la grande salle du restaurant italien Poccardi (boulevard des Italiens), des pages d’autres poètes comme Blaise Cendrars ou Pierre Reverdy…

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 332 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur Apollinaire .

> Dans la catégorie XXe siècle :